Ecoutez Radio Sputnik
    Saad Hariri

    Le Liban au seuil d’une guerre civile?

    © AP Photo/ Hussein Malla
    International
    URL courte
    153293029

    En visite à Riyad, le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé samedi sa démission, ce qui a fait monter d’un cran la tension tant au Liban lui-même que dans toute la région. Sputnik a demandé à deux experts libanais comment ils voyaient l’évolution de cette situation dans le pays et ailleurs.

    Le Liban représente aujourd'hui un champ de bataille entre Riyad et Téhéran, a déclaré à Sputnik l'écrivain et politologue libanais Sarkis Abu Zeid.

    «Il s'agit en effet d'une sorte de guerre entre l'Arabie saoudite, l'Iran et le Hezbollah, dans lequel Saad Hariri a explicitement pris le parti du royaume. Même l'annonce de sa démission est venue de Riyad, ce qui est un message pour tous au Liban», a rappelé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que cette démission remettait en cause la stabilité même du Liban.

    «À présent, le pays entre dans une période extrêmement dangereuse, pendant laquelle une guerre civile peut éclater à tout moment, guerre dont aucun de nous ne veut», a prévenu Sarkis Abu Zeid.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, le politologue libanais Nidal as Sabaa a relevé pour sa part qu'il s'agissait d'une démission pour le moins bizarre, annoncée par un Premier ministre absent du pays.

    «Aussi, se demande-t-on à quel point cette démission est légitime. […] Aussi, le Président libanais Michel Aoun n'accepte-t-il pas la démission de son Premier ministre tant que celui-ci ne sera pas rentré au Liban pour expliquer sa décision», a indiqué Nidal as Sabaa.

    Et de signaler que cette étrange démission avait coïncidé avec le renvoi de dizaines de personnalités haut placées en Arabie saoudite.

    «Cette circonstance ne fait que multiplier les questions auxquelles nous espérons recevoir des réponses au retour de Saad Hariri au Liban», a conclu le politologue.

    Alors que Saad Hariri est attendu au Liban, celui-ci semble ne pas être pressé de rentrer. Après une visite aux Émirats arabes uni, Hariri est retourné à Riyad.

    Lire aussi:

    En pleine crise libanaise, Hariri rencontre l’ambassadeur russe à Riyad
    Le jeu de cache-cache est-il terminé? Hariri se dit «libre» et promet de rentrer au Liban
    Hariri révèle la date de son retour au Liban
    Tags:
    Arabie Saoudite, situation, premier ministre, président, tensions, démission, Nidal as Sabaa, Sarkis Abu Zeid, Saad Hariri, Michel Aoun, Riyad, Émirats Arabes Unis, Liban
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik