International
URL courte
Crise migratoire (789)
6111
S'abonner

À ce jour, des 140.000 migrants illégaux, menacés d’expulsion du Royaume-Uni, 60.000 individus sont «perdus dans la nature», et les autorités ne savent toujours pas où les trouver. Le système de suivi des migrants est tout simplement surchargé, a expliqué à Sputnik Tony Smith, ex-directeur général de la force britannique à la frontière.

Selon le rapport de David Bolt, inspecteur principal de la frontière et de l'immigration, les autorités britanniques ne savent pas où se trouvent aujourd'hui 60.000 migrants en situation irrégulière et menacés d'expulsion du Royaume-Uni, fait qui prouve que le service répondant du suivi des migrants est surchargé et n'est pas à même de s'acquitter de sa mission, a déclaré à Sputnik Tony Smith.

«Quoi qu'il en soit, nous avons notre propre système frontalier. Nous ne faisons pas partie de l'espace Schengen, et notre contrôle avant et après l'entrée sur le territoire national fonctionne plutôt bien. Néanmoins, le problème est que quand les gens y entrent, il est difficile de les expulser en raison de toute une série d'obstacles», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter qu'environ 40.000 migrants clandestins partaient du pays chaque année, mais seulement 10.000 d'entre eux le faisaient sous contrainte.

«Les autres partent de leur plein gré. Notre stratégie consiste notamment à faire en sorte qu'ils n'y arrivent tout simplement pas dès le début», a poursuivi M.Smith.

Selon lui, le système d'information e

st bon, et les autorités savent en règle générale où les migrants en situation irrégulière habitent ou travaillent au noir.

«Mais quand on les arrête, il se trouve toujours une raison pour laquelle leur expulsion immédiate est bel et bien impossible. Très souvent, les gens déposent une autre demande d'asile, invoquant de nouvelles circonstances. […] Ou même, ils peuvent jeter leur passeport, et il faut alors leur faire de nouveaux papiers», a raconté l'interlocuteur de Sputnik.

Et de conclure que cela expliquait entre autres le fait que souvent les migrants devant être expulsés se «perdaient» sur le territoire britannique.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Frappes israéliennes en Syrie: «un comportement d’État voyou»
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
mécanisme de contrôle, frontière, expulsions, migrants, Sputnik, David Bolt, Tony Smith, Espace Schengen, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook