International
URL courte
7160
S'abonner

Les autorités saoudiennes ont l’intention de confisquer des liquidités et d’autres actifs pour un montant de 800 milliards de dollars dans le cadre de la campagne contre la corruption.

Selon le Wall Street Journal, le weekend dernier, plus de 60 personnes, dont des princes, des hauts fonctionnaires et d'autres Saoudiens influents, ont été placés en garde à vue. Ils sont accusés de blanchiment, d'abus de pouvoir, de corruption, de déprédation des biens publics et d'extorsions de fonds. La Banque centrale saoudienne a gelé les comptes des personnes impliquées dans le scandale de corruption.

Les actifs des personnes corrompues seront confisqués au profit de l'État, selon une source du WSJ. Riyad se propose de mettre la main sur près de 3.000 milliards de riyals, soit quelque 800 milliards de dollars.

Le WSJ signale que la tâche sera compliquée par le fait qu'une part de ces fonds se trouve à l'étranger. Cependant, même une partie de cette somme suffira à redresser la situation financière de l'Arabie saoudite dont le gouvernement s'est vu obligé d'emprunter sur le marché international des valeurs et de puiser dans les réserves de change suite à une longue période de prix bas du Brent.

Dans la nuit du 4 au 5 novembre, le Comité supérieur anticorruption dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane a décrété l'arrestation de 11 princes et d'une trentaine d'anciens ministres et de ministres en exercice sous l'accusation de corruption.

Ces arrestations ont été effectuées dans la foulée de la création, par décret royal, d'un comité anticorruption, dont la direction a été confiée au prince héritier Mohammed ben Salmane.

Lire aussi:

Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
Détonation entendue à Paris: pourquoi l’avion de chasse a-t-il été mobilisé?
Ankara répond à Paris après les propos de Macron sur le Haut-Karabakh
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Arabie Saoudite, arrestation, corruption
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook