Ecoutez Radio Sputnik
    La 23e conférence annuelle des Nations unies sur le climat

    Sans véritable taxation du carbone, la COP 23 «n’est qu’un écran de fumée»

    © REUTERS/ Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    Clément Ollivier
    540206

    Poursuivre le travail de la COP 21 et renforcer les engagements: la 23e conférence annuelle des Nations unies sur le climat se tient jusqu’au 17 novembre. Ces objectifs sont-ils réalistes alors que les États-Unis se retirent de l’accord et que l’ONU estime que les signataires n’en font pas assez?

    Alors que l'ONU alertait fin octobre sur les efforts insuffisants fournis depuis la signature de l'accord de Paris sur le climat il y a deux ans, et que 2017 se classe déjà parmi les années les plus chaudes jamais enregistrées, c'est sur des appels vibrants à agir de toute urgence que s'est ouverte lundi la COP 23 à Bonn, en Allemagne. «Nous sommes tous dans le même canoë»: le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, qui préside cette année la conférence, a exhorté «le monde à maintenir le cap fixé à Paris». L'ambition de la conférence est par ailleurs d'amener les participants à réviser à la hausse leurs engagements, sur fond de retrait des États-Unis de l'accord de Paris. On se souvient que l'accord ne mentionnait même pas le charbon, un sujet pourtant essentiel selon Nicolas Meilhan, consultant en stratégie dans le domaine de l'énergie et membre du think-tank Les Éconoclastes, avec qui Sputnik a pu s'entretenir.

    Pour le spécialiste, «C'est assez symbolique que cette conférence se tienne en Allemagne, où ont lieu actuellement des discussions entre Angela Merkel, les Verts et les libéraux-démocrates pour former une coalition; des discussions dans lesquelles ils ont du mal à se mettre d'accord sur la question du charbon, qui fournit pas moins de 40% de l'électricité en Allemagne. Donc le timing est assez bon pour mettre le sujet sur la table. Il faut rappeler que le charbon, c'est à peu près la moitié des émissions de CO2 de l'énergie, et plus de 55% de l'augmentation du CO2 depuis 2000.»

    «Les gens se rendent bien compte que quand on consomme moins de charbon, ça fait baisser les émissions, mais ça ne se traduit pas par des actions de la part des dirigeants. Une mesure simple pourrait être par exemple d'instaurer une taxe carbone de 20 euros la tonne sur la production d'électricité. Le Royaume-Uni a montré en quatre ans que c'était possible et suffisant.»

     

    «Il faut donc imiter les Britanniques et mettre en place une vraie taxe carbone, et la compenser aux frontières pour les pays qui ne sont pas d'accord, quitte à déroger aux règles de l'OMC et du traité de Lisbonne. Il n'y a qu'ainsi que cette conférence commencera à servir à quelque chose, car pour l'instant ça n'est qu'un écran de fumée», ironise-t-il.

    Néanmoins, Nicolas Meilhan juge que la France d'Emmanuel Macron et de Nicolas Hulot n'a pas la crédibilité nécessaire pour faire avancer les choses dans ce sens:

    «La France se donne un rôle de donneuse de leçons en prétendant sortir des hydrocarbures. Mais ce qu'on a fait, c'est d'interdire la recherche et la production d'hydrocarbures chez nous, alors qu'il ne s'agit que d'1% de notre consommation. C'est comme si on voulait lutter contre le tabagisme en interdisant la culture du tabac sur notre seul territoire. Quand vous dites à quelqu'un que vous allez vous passer de quelque chose que vous n'utilisez de toute façon pas, on ne peut que vous répondre que ça ne va pas être très difficile à faire… La seule solution, c'est de trouver un compromis entre la France et l'Allemagne. Berlin sera peut-être prête à faire un compromis si Paris en fait un sur le nucléaire, mais il ne faut pas oublier que la perte de compétitivité serait énorme pour l'industrie allemande avec une taxe sur le carbone.»

    En revanche, la sortie des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat n'inquiète pas particulièrement Nicolas Meilhan:

    «On perd certes le pays qui, bien que n'ayant pas signé le protocole de Kyoto, avait le plus baissé ses émissions de CO2 entre 2005 et 2013, justement en remplaçant une partie du charbon par du gaz. Mais il y a un certain nombre de villes et d'États américains, comme la Californie, qui ont annoncé qu'ils conserveraient les objectifs de l'accord. Je ne suis pas sûr que les États-Unis fassent le chemin inverse sur le charbon, ils ont des quantités importantes de gaz naturel à des coûts faibles. Donald Trump est coutumier des grandes annonces mais elles ne se concrétisent souvent pas, il n'est pas le seul à décider: il a une administration, qui dément généralement dans la minute ses déclarations sur Twitter, il y a le Congrès, etc.»

    «Il faudra se baser sur ce qui se passera concrètement, et aujourd'hui rien ne dit que les États-Unis vont inverser la courbe de la production d'électricité au charbon», conclut-il.

    Lire aussi:

    Première livraison de charbon américain en Ukraine
    Un aveu bien difficile: l'Ukraine reconnait acheter du charbon russe
    Trump veut livrer des «millions de tonnes» de charbon en Ukraine
    Tags:
    Accord de Paris sur le climat, CO2, réchauffement climatique, climat, conférence, COP 21, ONU, Angela Merkel, Bonn, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik