International
URL courte
390
S'abonner

Riyad se propose de confisquer des actifs et liquidités des hauts dignitaires du régime soupçonnés de corruption. Muhammed Shams, directeur d’un centre de consultations économiques et ancien conseiller du ministre saoudien de l’Industrie, explique pour Sputnik le sort des biens appartenant aux sociétés impliquées dans le scandale de corruption.

Suite à la mise en examen de plusieurs dizaines de dignitaires saoudiens dans le cadre de la campagne anticorruption, Muhammed Shams a fait savoir à Sputnik que si les faits de la corruption étaient prouvés, le sort des biens des sociétés impliquées serait tranché par le procureur général.

«S'il est établi que la terre ou les biens ont été dérobés à l'État, cette terre et ces biens lui seront restitués. Le droit de propriété doit être confirmé par des documents. Il va de soi que les personnes accusées ont le droit de prendre un avocat et d'utiliser tous les moyens de défense possibles. Les arrestations réalisées ne sont pas dues à l'effet du hasard. Elles ont été précédées d'enquêtes et d'interrogatoires et le roi Salmane a seulement mis les points sur les i», a relevé l'expert.

Le décret royal instituant un Comité anticorruption a paru samedi soir. Quelques heures plus tard, environ 40 Saoudiens influents ont été placés en garde à vue.

«D'après une déclaration du procureur général, l'enquête anticorruption n'a pas débuté samedi, mais il y a un mois. Les personnes soupçonnées ont été interrogées plusieurs fois afin de mettre les choses au clair: les délits de corruption, de pots-de-vin et de blanchiment ont été établis. Le prince héritier Mohammed ben Salmane a plusieurs fois évoqué l'enquête en cours dans les médias et a promis de lutter contre la corruption à tous les niveaux sans égard au statut social et aux origines des malfaiteurs», a conclu M. Shams.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Arabie Saoudite, biens, lutte contre la corruption, enquête
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook