International
URL courte
29796
S'abonner

Les Saoudiens nantis sont en train de déplacer leurs biens hors du pays, craignant d’être mis en cause dans le cadre des enquêtes anticorruption en Arabie saoudite.

Certains milliardaires et millionnaires saoudiens vendent des investissements dans les pays voisins du Conseil de Coopération du Golfe et les convertissent en liquidités ou en liquidités à l'étranger, d'après la population. Ils ont parlé sous couvert d'anonymat en raison de la sensibilité de l'affaire. En Arabie saoudite, certains sont en pourparlers avec des banques et des gestionnaires d'actifs pour déplacer de l'argent à l'extérieur du pays, selon des habitants locaux.

L'agence Bloomberg rapporte, en se référant à des sources proches de la situation, que certains milliardaires et millionnaires saoudiens vendent des investissements dans les pays voisins du Conseil de coopération du Golfe et les convertissent en liquidités ou en liquidités à l'étranger, craignant leur gel. En outre, ils se déclarent préoccupés par l'éventualité de nouvelles arrestations en Arabie saoudite dans le cadre des affaires de corruption.

Dimanche 5 novembre, le Comité supérieur anticorruption dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane a décrété l'arrestation d'une quarantaine de Saoudiens influents, dont des membres de la famille royale, des ministres, des militaires et des hommes d'affaire.

Bloomberg fait savoir que selon des données officieuses, la Banque centrale a demandé le mercredi 8 novembre aux créanciers du royaume de geler les comptes de plusieurs dizaines de personnes déjà arrêtées et se trouvant en liberté. La menace pèse sur des biens privés représentants un montant de 33 milliards de dollars.

Les arrestations ont incité les investisseurs de la région à vendre, poussant les indices boursiers de référence à la baisse. Les ventes dans le cadre du Conseil de coopération du Golfe leur ont coûté 17,6 milliards de dollars.

Lire aussi:

Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
Conseil de coopération du Golfe (CCG), Mohammed ben Salmane Al-Saoud, corruption, arrestation, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook