Ecoutez Radio Sputnik
    UN peacekeepers in Somalia

    Pourquoi Moscou ne doit pas accepter le projet américain de casques bleus dans le Donbass

    © AFP 2017 Mohamed ABDIWAHAB
    International
    URL courte
    Situation dans le Donbass (2017) (84)
    18462

    Le projet américain de disposer des casques bleus dans le Donbass témoignerait du désir de Washington de participer au conflit ukrainien et de réaliser un «scénario croate» en Ukraine, suppose Olga Timofeeva, membre du Conseil de la Fédération de Russie.

    Les propositions américaines d'envoyer des soldats de la paix dans le sud-est de l'Ukraine pourraient témoigner du désir de Washington de prendre part au conflit interne ukrainien ou de mener à la répétition du scénario croate avec des nettoyages ethniques dans les républiques autoproclamées du Donbass, estime Olga Timofeeva, membre du Conseil de la Fédération de Russie.

    Récemment, le Wall Street Journal avait annoncé le projet américain de disposer 20.000 casques bleus dans le Donbass. Selon le journal, Washington entend discuter de ce projet avec la partie russe.

    «La Russie ne peut pas accepter ces propositions», a-t-elle déclaré.

    Selon Mme Timofeeva, si le but était de normaliser la situation en Ukraine, les Forces de maintien de la paix seraient disposées sur la ligne de démarcation et non dans la région du Donbass.

    «Les États-Unis reconnaissent pratiquement qu'ils sont prêts à prendre part au conflit dans le Donbass et à réaliser un projet d'oppression des républiques», a-t-elle exprimé, préoccupée par la situation.

    Ces développements pourraient marquer selon elle le début d'un processus «à la croate» accompagné par des nettoyages ethniques dans sud-est du pays.

    Le terme «scénario croate» est lié à la guerre de Croatie (1990-1995) quand sous couverture des négociations entre Zagreb et la République serbe de Krajina (région croate habitée pas des Serbes) sous l'égide de l'Onu et de la mission onusienne de maintien de la paix FORPRONU, le gouvernement croate soutenu par Washington et l'Otan avait préparé la résolution militaire du conflit et avait entrainé son armée avec le soutien d'instructeurs occidentaux. Malgré le succès relatif du processus de paix, en 1993 Zagreb avait commencé l'opération militaire accompagné par des nettoyages ethniques et l'exode massif de la population serbe. La République serbe de Krajina avait ainsi été liquidée.

    Auparavant, Vladimir Poutine avait déclaré qu'il soutenait l'idée de dépêcher en Ukraine des Forces de maintien de la paix qui pourraient assurer la sécurité de la mission de l'OSCE dans la région. Selon le Président russe, ces Forces devront être uniquement chargées d'assurer la sécurité des observateurs de l'OSCE et être déployées sur la ligne de démarcation et nulle part ailleurs.

    Toutefois, Kiev a souligné que la présence de casques bleus de l'Onu à la frontière russo-ukrainienne était une condition sine qua non du mandat de la mission de paix dans le Donbass.

    Dossier:
    Situation dans le Donbass (2017) (84)

    Lire aussi:

    Moscou à Kiev: qualifier la Russie d’«agresseur», mauvaise stratégie pour négocier la paix
    Kremlin: Kiev freine la mission de forces de maintien de la paix dans le Donbass
    Donbass: Moscou n'a reçu aucune proposition sur le déploiement de forces de l'Onu
    Tags:
    maintien de la paix, processus de paix, casques bleus, conflit, projet, OSCE, ONU, Conseil de la Fédération, Wall Street Journal, Vladimir Poutine, Kiev, Zagreb, Croatie, Washington, États-Unis, Donbass, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik