International
URL courte
12710
S'abonner

Le retour en Russie est l’unique option possible pour la République populaire autoproclamée de Lougansk, explique le dirigeant de la république Igor Plotnitski, qui précise cependant les conditions pour une réintégration du peuple de Lougansk dans l’Ukraine.

Pour le chef de la République populaire autoproclamée de Lougansk Igor Plotnitski, un éventuel retour à l'Ukraine n'est pas envisageable pour le moment, a-t-il déclaré à l'antenne de la chaîne de télévision Lougansk 24.

«Le chef est responsable de l'orientation de la politique extérieure. Alors écoutez ce que je dis. Et j'ai toujours répété que nous n'avions pas d'autre option que d'aller vers la Russie, et nous n'irons nulle part ailleurs, et nous ne reviendrons nulle part», a-t-il dit.

M. Plotnitski a également ajouté que la République populaire autoproclamée de Lougansk ne pouvait pas retourner à l'Ukraine dans un proche avenir et en a même précisé les raisons.

«Revenir où? Sur des cendres? Nous n'avons pas cette Ukraine qui existait avant la guerre. Il n'y a pas d'économie, il n'y a pas d'État, il n'y a pas d'unité nationale depuis longtemps, les racines historiques sont coupées, tout est perdu, les nazis, les partisans de Bandera. Revenir où?», a déploré le dirigeant de la république.

Il a également souligné que les accords de Minsk prévoyaient la construction d'une «nouvelle Ukraine», à laquelle la république pourrait revenir seulement si son peuple approuve cette décision.

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Scènes surréalistes de collégiens condamnant le comportement du professeur décapité devant leur école de Conflans
Attentat de Conflans: les auteurs de 80 messages d'hommage à l'assaillant contrôlés dès lundi
Tags:
République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), Igor Plotnitski, Lougansk, Russie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook