Ecoutez Radio Sputnik
    Une opération de déminage à Deir ez-Zor, en Syrie

    Le cessez-le-feu en Syrie sera la tâche du centre de suivi d’Amman

    © Sputnik . Mikhail Alaeddin
    International
    URL courte
    Sommet de l'APEC à Da Nang (21)
    0 63

    Dans une déclaration commune, les Présidents russe et américain ont constaté que le cessez-le-feu en Syrie sera bientôt contrôlé par le Centre de suivi d’Amman, en Jordanie. En outre, Vladimir Poutine et Donald Trump ont confirmé l’importance des zones de désescalade pour le règlement politique en Syrie.

    Le contrôle du respect de l'accord de cessez-le-feu en Syrie sera assuré par le Centre de suivi d'Amman, avec la participation d'experts jordaniens, russes et américains, indique la déclaration commune des Présidents russe et américain.

    «Aujourd'hui, les Présidents ont également salué le Mémorandum […] conclu entre la Jordanie, la Russie et les États-Unis à Amman (Jordanie) le 8 novembre. Ce mémorandum renforce le succès de l'initiative de cessez-le-feu [dans la zone de désescalade dans le sud-ouest de la Syrie], y compris la réduction et le retrait éventuel des forces étrangères et des combattants étrangers de la région, afin de parvenir à une paix plus durable», indique la déclaration.

    «Le Président Poutine et le Président Trump ont réitéré l'importance des zones de désescalade en tant que mesure temporaire pour réduire la violence en Syrie, mettre en œuvre des accords sur la cessation des hostilités, améliorer l'accès humanitaire sans entrave et créer les conditions d'une solution politique définitive au conflit», lit-on le texte de la déclaration.

    La déclaration note aussi que les chefs d'État ont discuté de la création d'une zone sud-ouest de désescalade en Syrie.

    À la suite d'un bref entretien en marge du sommet de l'APEC au Vietnam, MM. Poutine et Trump ont approuvé samedi une déclaration conjointe sur la Syrie. Le document a été préparé par des experts des deux pays et finalisé samedi par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain Rex Tillerson, a précisé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

    Des bombardiers stratégiques Tu-22 larguent des bombes en Syrie
    © Sputnik . Ministry of defence of the Russian Federation
    À l'issue de la rencontre des Présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Donald Trump, début juillet à Hambourg, on a appris que Moscou, Washington et Amman avaient convenu de la mise en place à partir du 9 juillet d'une zone de désescalade dans le sud-est de la Syrie. La zone concernée englobe les provinces de Deraa, de Quneitra et de Soueïda.

    Actuellement, trois zones de désescalade existent en Syrie: une au nord de la ville de Homs, la deuxième à la Ghouta orientale et la troisième à la frontière entre la Syrie et la Jordanie.

    Dossier:
    Sommet de l'APEC à Da Nang (21)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik