International
URL courte
15642
S'abonner

Les relations entre Washington et Moscou restent toujours tendues du fait des enquêtes en cours aux États-Unis sur la prétendue «ingérence russe» dans la présidentielle américaine de 2016, a constaté Donald Trump.

L'enquête sur la prétendue «ingérence russe» dans la campagne électorale aux États-Unis en 2016 entrave la normalisation des relations avec la Russie, a déclaré samedi Donald Trump a son arrivée à Hanoi depuis Da Nang où il a participé au sommet de l'APEC.

Selon lui, de bonnes relations avec la Russie sont importantes parce que Vladimir Poutine pourrait «nous aider avec la Corée du Nord», avait précédemment indiqué le Président américain.

«Ce serait vraiment formidable s'il [Vladimir Poutine, ndlr] pouvait nous aider avec la Corée du Nord, a poursuivi Donald Trump. Nous avons un gros problème avec la Corée du Nord et la Chine nous aide. Si la Russie nous accordait elle aussi son soutien, le problème serait résolu bien plus vite.»

Des enquêtes sont menées sur la prétendue «ingérence russe» dans l'élection présidentielle de l'année dernière aux États-Unis par le FBI, ainsi que par les Comités sur le renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants. À la mi-mai, l'ex-directeur du FBI, Robert Muller, a été nommé au poste de procureur spécial chargé d'une enquête indépendante spéciale.

Donald Trump et ses assistants ont plus d'une fois démenti les rumeurs sur une relation illicite avec des officiels russes lors de sa campagne électorale. Il en est de même pour la Russie qui a nié à plusieurs reprises toute tentative d'exercer une influence sur les élections dans n'importe quel pays du monde, Dmitri Peskov ayant qualifié ces allégations d'«absolument infondées».

Lire aussi:

Coronavirus, en continu: le pic en Île-de-France prévu vers le 6 avril
Peut-on craindre un retour du Covid-19 après la pandémie actuelle? Un virologue répond
Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
«Plus rien ne sera jamais comme avant pour l'immobilier après le coronavirus»
Tags:
relations bilatérales, tensions, enquête, APEC, FBI, Donald Trump, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Da Nang, Hanoï, Corée du Nord, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook