International
URL courte
6226
S'abonner

Une ancienne base américaine située en Irak aurait servi de lieu d’exécution aux terroristes de Daech. L’armée irakienne y a découvert une fosse commune contenant au moins 400 corps.

Les militaires irakiens ont découvert un charnier où étaient entassés au moins 400 corps de personnes exécutées par des terroristes de Daech sur le territoire d’une ancienne base militaire américaine située près de Kirkouk (nord), a annoncé samedi l’agence Petra.

Selon un représentant de la police irakienne, Jamil al-Jaburi, cité par l’agence, la plupart des victimes étaient des hommes jeunes ou âgés.

Le lieutenant-colonel al-Jaburi n’a pas précisé la date de leur ensevelissement ni le nom cette ancienne base militaire où se trouve cette fosse commune.

Le gouverneur par intérim de la province de Kirkouk, Rakan Said al-Jubouri, a confirmé la découverte de ce charnier avant d’appeler le gouvernement irakien et la commission pour la défense des droits de l’Homme à envoyer une mission d’inspection sur les lieux pour procéder à l’identification des victimes.

Selon M.al-Jubouri, les exécutions auraient eu lieu sur cette même base.

Les forces fédérales irakiennes ont rétabli le contrôle de la province de Kirkouk, riche en pétrole, à la mi-octobre, après le référendum sur l’indépendance organisé dans le Kurdistan irakien. La province se trouvait sous le contrôle des peshmergas kurdes qui luttaient contre Daech.

Bagdad a décidé d’envoyer des troupes dans cette région pour mettre fin aux discussions sur l’appartenance contestée de la région de Kirkouk au Kurdistan autonome.

Lire aussi:

Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
base militaire US, police, charnier, Daech, armée irakienne, Rakan Said al-Jubouri, Kirkouk, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook