Ecoutez Radio Sputnik
    Philippines

    Les Philippines veulent signer avec la Russie un accord sur l'énergie nucléaire

    CC0 / pixabay
    International
    URL courte
    0 160

    Lors de la visite du Premier ministre russe Dmitri Medvedev à Manille, qui s'y rendra pour participer au 31e sommet de l'ASEAN, la Russie et les Philippines pourraient signer des accords de coopération dans différents domaines.

    La Russie et les Philippines pourraient signer un accord dans le domaine des transports et de l'énergie nucléaire lors de la prochaine visite du Premier ministre russe Dmitri Medvedev à Manille, a annoncé aux journalistes le porte-parole du Président philippin Harry Roque.

    «[Des sociétés russes] voudraient faire des affaires dans le domaine de l'énergie. En outre, il y a une société spécialisée dans l'énergie nucléaire qui voudrait mener des affaires avec les Philippines», a indiqué le porte-parole cité par le journal Manila Times.

    Le responsable a également ajouté que certaines «sociétés russes [désiraient] investir dans des projets de transport, dont la construction du métro».

    Selon le quotidien, le porte-parole a déclaré aux journalistes que ces accords pourraient être signés lors du 31e sommet de l'ASEAN, qui se déroulerait à Manille du 12 au 14 novembre et qui verrait arriver le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

    La visite du chef du gouvernement russe durera trois jours. Le 13 novembre, il devrait intervenir à la première session du sommet de l'ASEAN. Dans l'après-midi, il devrait rencontrer le Président philippin Rodrigo Duterte.

    Lire aussi:

    Duterte chante «sur les ordres» de Trump au sommet de l'ASEAN (vidéo)
    Un mannequin représentant Donald Trump brûlé par les manifestants à Manille
    Quand Rodrigo Duterte appelle Xi Jinping à la demande de Donald Trump
    Tags:
    énergie nucléaire, transports, Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), Rodrigo Duterte, Dmitri Medvedev, Philippines, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik