International
URL courte
7601
S'abonner

Le porte-parole du Président russe s’est prononcé sur les récentes allégations de l’ex-chef de la CIA selon lesquelles Donald Trump pourrait être «intimidé» par Vladimir Poutine.

L'ex-chef de la CIA John Brennan a admis que le Président américain puisse être «intimidé» par son homologue russe «pour une raison quelconque», compte tenu de l'enquête en cours sur la soi-disante «ingérence russe» dans les élections présidentielles aux États-Unis. Le Kremlin n'a pas tardé à réagir à ces allégations.

«C'est une supposition erronée», a commenté le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov.

Donald Trump a déclaré que lors du bref échange qu'il avait eu avec Vladimir Poutine en marge du forum de l'APEC, au Vietnam, le Président russe lui avait assuré que la Russie n'était pas intervenue dans les élections américaines. Selon le Président américain, toute cette histoire d'«ingérence russe» est une barrière artificielle qui a été mise en place par le Parti démocrate pour entraver les relations entre les deux pays.

Le Congrès américain mène une enquête sur la prétendue «ingérence russe» dans l'élection présidentielle de 2016 aux États-Unis remportée par Donald Trump. De son côté, le FBI a lancé sa propre enquête. Les médias américains publient régulièrement, en se référant à des sources non citées, des informations sur les contacts de l'équipe de campagne de Donald Trump avec des fonctionnaires et des hommes d'affaires russes.

La Russie avait auparavant, et à plusieurs reprises, nié toute tentative d'exercer une influence sur les élections dans n'importe quel pays du monde, Dmitri Peskov ayant qualifié ces allégations d'«absolument infondées».

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Tags:
Russie, États-Unis, Vladimir Poutine, John Brennan, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook