International
URL courte
0 100
S'abonner

La Russie envisage d’entamer des discussions scientifiques avec la Norvège, le Danemark, les États-Unis et le Canada sur l’appartenance des structures tectoniques sous-marines de l’océan Arctique à diverses zones de la barrière de glace, à ses confins.

La Russie, la Norvège et le Danemark ont soumis à l'Onu une demande concernant le tracé de la limite extérieure de la plate-forme de glace de l'Arctique. Des sources proches du dossier estiment également que le Canada et les États-Unis suivront sous peu leur exemple.

«Tous ces pays devront se mettre à la table des négociations et débattre des questions concernant la dorsale de Lomonossov et celle de Mendeleïev. Si tout va comme prévu, les consultations auront lieu d'ici l'an prochain», a indiqué le directeur adjoint de l'Institut d'océanologie au sein de l'Académie russe des Sciences, Léopold Lobkovski.

Compte tenu des sanctions, a-t-il poursuivi, il n'est pas exclu que les négociations puissent s'étendre sur plusieurs années.

«Il est peu probable que la commission de l'Onu accède à notre demande sans consulter le Canada, le Danemark et les États-Unis», a-t-il conclu.

Une architecture de sécurité stable en Arctique ne pourrait être formée que grâce aux efforts conjugués de tous les pays participant à la mise en valeur de la région et en tenant compte de leurs intérêts, a indiqué Vladimir Poutine dans un message de salutation aux participants à la VIIe rencontre internationale des pays du Conseil de l'Arctique, qui a eu lieu en août dernier. 

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
glacier, Norvège, Danemark, Russie, océan Glacial arctique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook