Ecoutez Radio Sputnik
    Un supporter tenant le drapeau russe lors des Jeux olympiques

    Possible suspension de la Russie des JO-2018: «des arrière-pensées politiques» évidentes

    © AP Photo/ David J. Phillip, file
    International
    URL courte
    12015

    Un membre du Sénat russe a commenté les informations selon lesquelles l’Agence mondiale antidopage pourrait ne pas restituer ses droits à l'Agence antidopage russe – ce qui pourrait signifier une possible suspension de la Russie des JO 2018 – soulignant distinguer dans cette affaire «des arrière-pensées politiques».

    La politisation du sport – c’est ainsi qu’Andreï Klimov, vice-président du comité international du Conseil de la Fédération russe (chambre haute du Parlement), a commenté l’éventuelle suspension de la Russie des prochains Jeux olympiques d’hiver, prévus en 2018 en Corée du Sud.

    «Je ne suis pas un grand expert dans le domaine du sport, mais je n’ai aucun doute sur le fait que cette histoire n’est pas exempte d’arrière-pensées politiques. Il est clair que les Américains – pas tous, mais ceux qui ont fomenté cette histoire autour de la Russie –, continueront à faire mousser ce thème. Ils ne se calmeront pas si facilement et vont exercer des pressions sur tous les fronts, y compris dans le domaine du sport. La fin de la politisation de ce sujet n’est peut-être pas pour demain», a-t-il indiqué, cité par les médias russes.

    Et de rappeler que le Président russe avait mis en exergue à plusieurs reprises le fait qu’il ne fallait pas politiser le sport.

    En exprimant son point de vue personnel, non celui d’un homme politique, mais celui d’un citoyen, il a rappelé qu’à l’époque l’URSS était prudente quant à la sortie sur différentes scènes internationales, réalisant que l’attitude à son égard serait non sans parti pris.

    «Ils n’ouvrent leurs portes qu’à ceux qui sont prêts à jouer selon leurs règles. […] Nous devons comprendre que si nous sommes entrés dans ce monde, il est imparfait et peut être hostile à notre égard», a-t-il encore expliqué, avant de souligner que la faute principale commise par la Russie était d’accorder une confiance excessive, notamment dans le domaine du sport.

    Rappelons que le journaliste allemand Hayo Zeppelt a annoncé à la chaîne télé ARD que l'Agence mondiale antidopage (AMA) pourrait décider de ne pas restituer les droits à l'Agence russe antidopage (RUSADA) lors de la réunion du conseil des fondateurs de l'organisation, ce qui pourrait se traduire par la suspension de l'équipe russe des Jeux olympiques de 2018.

    La décision finale quant à la participation des sportifs russes aux Jeux de Pyeongchang doit être prise par la Commission exécutive du CIO début décembre.

    Auparavant, le Président russe Vladimir Poutine, commentant les accusations à l'égard des athlètes russes, avait déclaré que cette affaire pouvait être liée à l'élection présidentielle russe de 2018.

    Lire aussi:

    Moscou rappelle que le sport n'est pas un moyen de pression
    Il faut «interdire les danses politiques autour du sport et des JO»
    «Punition exemplaire»: priver la Russie des JO? Mais qui sont les juges?
    Tags:
    sport, JO 2018 de Pyeongchang, Conseil de la Fédération, Agence mondiale antidopage (AMA), Agence antidopage russe (RUSADA), Andreï Klimov, Corée du Sud, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik