Ecoutez Radio Sputnik
    régiment ukrainien Azov

    Spiegel: le bataillon ukrainien Azov recrute en Europe pour «reconquérir» le continent

    © Sputnik. Eugene Kotenko
    International
    URL courte
    111977234

    Les rangs des radicaux du bataillon ukrainien Azov grossissent progressivement grâce aux nouveaux membres recrutés dans les pays d'Europe. Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, c'est la promesse de conquérir à nouveau le continent qui inspire tellement les néo-nazis européens.

    Le bataillon ukrainien Azov connu pour son idéologie nationaliste attire de plus en plus de mercenaires venus d'Allemagne et d'autres pays européens, écrit der Spiegel.

    Selon la publication, les radicaux ukrainiens recrutent des personnes qui partagent les mêmes idées en distribuant des dépliants lors de divers événements néo-nazis, où ils appellent à «sauver l'Europe de l'extinction».

    «L'objectif est une opération de recrutement pour "conquérir l'Europe à nouveau". C'est ainsi que le bataillon attire des néo-nazis allemands parmi les jeunes», écrit Spiegel.

    À en croire l'auteur de l'article, la campagne de publicité des radicaux ukrainiens a été couronnée de succès. Ainsi, au cours des trois dernières années, le nombre de membres d'Azov a triplé, passant de 850 personnes en 2014 à 2.500 personnes à présent.

    En particulier, en juillet ils ont réussi à attirer des gens au festival Rechtsrock dans la ville allemande de Themar qui a réuni au total environ six mille radicaux d'ultra-droite. Les soldats d'Azov ont distribué des dépliants, dans lesquels ils invitaient à «rejoindre les rangs des meilleur».

    La publication de Spiegel a été commentée par le politologue ukrainien Vladimir Kornilov qui a ironiquement rappelé les déclarations selon lesquelles il n'y a pas de nazisme en Ukraine.

    «Der Spiegel écrit sur les militants néo-nazis d'Azov. Comment? Est-ce que les histoires sur les nazis ukrainiens n'ont pas été inventées par la propagande russe? Y aurait-il du fascisme en Ukraine?» ironise-t-il.

    Lire aussi:

    Le Congrès US interdit à Kiev de financer les néonazis avec des sommes allouées
    Les banques russes, nouvelles cibles des radicaux ukrainiens
    Le Parlement européen s'attaque au problème du néonazisme en Ukraine
    Tags:
    Spiegel, Europe, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik