International
URL courte
Centenaire de la Révolution russe de 1917 (21)
10370
S'abonner

L’ambassade russe en Grande-Bretagne a tourné en dérision un article du journal Times, consacré au centenaire de la Révolution d’Octobre.

Le journaliste du Times, Tom Parfitt, a écrit dans l'un de ses récents articles que la Russie «était réticente à l'idée de faire trop d'agitation autour du centenaire de la Révolution», le Kremlin «ne voulant après tout pas en vivre encore une». Or, l'ambassade de Russie à Londres n'a pas tardé à réagir à ces allégations.

«Y-a-il quelqu'un qui puisse rappeler à Tom Parfitt et au Times comment l'Angleterre célèbre les anniversaires de sa propre révolution et du régicide? Et tant que ce ne sera pas le cas, pourquoi ne pas chercher un complot gouvernemental derrière cela?», a twitté l'ambassade.

En octobre, Vladimir Poutine a exprimé son espoir que la date du 100e anniversaire de la révolution d'Octobre en Russie soit perçue dans la société russe comme un symbole de surpassement de la scission qui avait divisé le pays en deux camps, le pays et le peuple, ainsi qu'un symbole de «pardon mutuel et d'acceptation de l'histoire russe telle qu'elle est, avec ses grandes victoires et ses pages tragiques».

En outre, le Président a noté que l'ouverture d'un mémorial à Moscou en hommage aux victimes des répressions politiques, à l'occasion de l'année du 100e anniversaire de la révolution, est «particulièrement importante». 

Dossier:
Centenaire de la Révolution russe de 1917 (21)

Lire aussi:

Von der Leyen à nouveau au centre d’un malaise diplomatique après une «insulte» au Président ukrainien
Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions à la Russie
Moscou: les sanctions jettent un doute sur la pertinence de l’utilisation du dollar
Les forces armées indiennes «n’ont pas d’autre choix maintenant que de tenir le terrain face à la Chine»
Tags:
Grande révolution socialiste en Russie (1917), ambassade de Russie au Royaume-Uni, Tom Parfitt, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook