International
URL courte
27633
S'abonner

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, estime que ce sont les terroristes de l'opposition armée soutenue par les États-Unis qui représentent le plus grand danger pour la Syrie.

Lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée mardi à Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré de qui, selon lui, émanait la plus grande menace pour la Syrie.

«Si l'on regarde qui représente le plus grand danger [pour la Syrie, ndlr], ce sont des protégés des États-Unis, des terroristes étrangers, des combattants, qui se nichent dans les groupes de l'opposition armée soutenue par les États-Unis», a déclaré Sergueï Lavrov.

Et de poursuivre:

«En ce qui concerne Abou Kamal, ce n'est pas le seul cas où les États-Unis ménagent les terroristes. Nous nous rappelons comment, lors de la prise de Raqqa, de Mossoul en Irak, les portes, au sens figuré du terme, ont été ouvertes pour les djihadistes», a estimé Sergueï Lavrov lors de la conférence de presse.

«Il y a de nombreuses questions sur les États-Unis et sur leurs objectifs en Syrie», a-t-il rajouté.

Le chef de la diplomatie russe a en outre rappelé que le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, «avait maintes fois dit que l'objectif final de Washington en Syrie était l'élimination de Daech».

Les États-Unis frappent les positions de Daech en Syrie depuis 2014 sans le consentement des autorités de ce pays. Des unités des forces spéciales américaines soutiennent également des groupes locaux opposés au Président syrien Bachar el-Assad.

Lire aussi:

«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
La Russie a mis au point un test de dépistage du Covid-19 de haute précision
Tags:
menace terroriste, Sergueï Lavrov, Moscou, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook