Ecoutez Radio Sputnik
    le ministère russe des Affaires étrangères

    Moscou: les propos tenus au Pentagone sur la Syrie «contredisent les accords de Genève»

    © Sputnik. Alexey Kudenko
    International
    URL courte
    112278627

    Le refus de Washington de quitter la Syrie avant d’obtenir des «progrès» aux pourparlers de Genève ne correspond pas aux engagements pris par les États-Unis et met en questions leurs objectifs sur le sol syrien, estime le chef de la diplomatie russe.

    Les objectifs que Washington poursuit en Syrie suscitent de «nombreuses interrogations» à Moscou, a affirmé ce mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, évoquant les déclarations concernant la condition du retrait de la coalition récemment énoncée par le chef du Pentagone.

    «J'ai entendu les propos tenus par le ministre américain de la Défense, James Mattis, selon lesquels les États-Unis ne se retireront pas de Syrie tant qu'ils ne se seront pas assurés que le processus politique a pris la bonne direction. Et la bonne direction aux yeux des États-Unis c'est le renversement du régime, comme on le sait. Même s'ils n'exigent plus le départ de Bachar el-Assad comme préalable», a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères.

    «Tout cela contredit les accords de Genève et contredit les affirmations du département d'État américain selon lesquelles la lutte antiterroriste était le seul objectif que Washington poursuivait en Syrie», a-t-il ajouté.

    Les États-Unis frappent les positions de Daech en Syrie depuis 2014 sans le consentement des autorités de ce pays. Des unités des forces spéciales américaines soutiennent également des groupes locaux opposés au Président syrien Bachar el-Assad.

    Afin d'expliquer ses actions militaires en Syrie, le Pentagone a récemment évoqué une prétendue autorisation de l'Onu. Notons cependant que le Conseil de sécurité des Nations Onu n'avait pas donné son feu vert à l'intervention de la coalition.

    Lire aussi:

    Lavrov: les terroristes soutenus par les USA sont les plus dangereux pour la Syrie
    Les États-Unis «épargnent Daech pour le réutiliser»
    Armée US en Syrie: l’Onu n’a pas le droit d’autoriser une présence militaire dans des pays
    Tags:
    coalition anti-Daech, James Mattis, Sergueï Lavrov, Washington, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik