International
URL courte
Libération de la ville de Deir ez-Zor (105)
2160
S'abonner

Les travaux de déminage de la ville syrienne de Deir ez-Zor, récemment libérée du joug terroriste, ont été menés à bien, a annoncé mardi le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit.

Les sapeurs russes et syriens ont achevé les travaux de déminage dans la ville de Deir ez-Zor, neutralisant quelque 45.000 engins explosifs laissés par les terroristes, a annoncé Sergueï Kouralenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit.

«Le déminage de Deir ez-Zor est achevé. Conjointement avec leurs collègues syriens, les sapeurs du Centre international de déminage des Forces armées russes ont inspecté 1.238 hectares dans la ville et les régions avoisinantes et 246 kilomètres de routes. 44.783 engins explosifs ont été détectés et neutralisés», a-t-il indiqué.

Le 3 novembre, on a appris la libération totale de Deir ez-Zor, ville du nord-est de la Syrie, du joug des terroristes de Daech. Alors, le déminage des rues et des bâtiments a commencé.

Le conflit armé se poursuit en Syrie depuis mars 2011. Selon l'Onu, il a déjà emporté la vie de plus de 220.000 personnes. À la demande du Président syrien Bachar el-Assad, la Russie a entamé, le 30 septembre 2015, des frappes aériennes contre les sites des terroristes en Syrie. Avec le soutien de la Russie, Damas a réussi à renverser la situation et passer à l'offensive dans les principales directions.

Dossier:
Libération de la ville de Deir ez-Zor (105)

Lire aussi:

Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
La femme de Kobe Bryant a échappé à la mort grâce à cet accord passé avec son époux
Tags:
terrorisme, explosifs, déminage, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Centre international de déminage de l'armée russe, Sergueï Kouralenko, Deir ez-Zor, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik