Ecoutez Radio Sputnik
    Extraction du pétrole

    Chute brutale des exportations saoudiennes de pétrole vers les USA

    © AP Photo/ Hasan Jamali, File
    International
    URL courte
    84290461

    Pour la première fois depuis 1990, les exportations de pétrole de l’Arabie saoudite vers les États-Unis ont sensiblement diminué. Le mois dernier, Riyad ne s’est trouvé qu’en quatrième position, une situation inédite, relate Bloomberg.

    L'Arabie saoudite, qui a lutté durant des décennies pour arriver au deuxième rang, après le Canada en matière d'exportations de pétrole vers les États-Unis, a reculé face à l'Irak et au Mexique pour la première fois en 30 ans, lit-on sur le site de Bloomberg.

    «La chute est très importante. Ce n'est pas juste parce que les exportations de l'Arabie saoudite sont faibles, mais parce qu'elles étaient faibles ces derniers mois», a déclaré Amrita Sen, chef analyste pour le pétrole au sein de l'entreprise Energy Aspects, située à Londres.

    Selon le média, certains hauts fonctionnaires arabes déclarent que les exportations de pétrole vont encore en plus diminuer ce mois-ci et le mois prochain.

    Les livraisons à destination des États-Unis devraient ainsi baisser de 10% de plus à partir du mois de novembre.

    «Les chutes témoignent que, quand les Saoudiens disent qu'ils vont faire "tout ce qu'il faut", ils le pensent», a souligné Helima Croft, directrice générale de la stratégie portant sur l'approvisionnement des produits de la société RBC Capital Markets, cité par Bloomberg.

    Selon ce média, en octobre, l'Arabie saoudite a exporté aux États-Unis 525.000 barils de pétrole, ce qui est devenu le taux le plus bas depuis le mois de mai 1987.

    Lire aussi:

    Pétrole: la Banque mondiale prévoit une hausse des prix en 2018
    Production de pétrole: la Russie devance une nouvelle fois l'Arabie saoudite
    Production de pétrole: la Russie agit en conformité avec ses obligations
    Tags:
    exportations, pétrole, Arabie Saoudite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik