International
URL courte
4016
S'abonner

La langue de Pouchkine n’est pas de mise au parlement ukrainien et le cas d’Anton Kisse, ce député de la région d’Odessa, le prouve. Après que son micro a été coupé, l’homme politique a dû parler un mauvais ukrainien, soulevant des applaudissements.

drapeau ukrainien
© Sputnik . Service de presse du Président de l'Ukraine
La vice-présidente de la Rada suprême, Oxana Syroid, a éteint le microphone du député Anton Kisse qui intervenait en russe et l’a obligé à passer à l’ukrainien, la seule langue officielle.

Le parlementaire a expliqué ne pas maîtriser cette langue, ajoutant qu’il suivait des cours et pourrait parler ukrainien dans un mois. Mme Syroid lui a alors accordé une minute après quoi son micro a été éteint, précisant que s’il voulait poursuivre son discours il devait passer à l’ukrainien.

«En ukrainien bulgare, si j’y parviens», a répondu le député, avant de poursuivre son intervention dans un mauvais ukrainien. Les députés ont applaudi.

Ce cas n’est point isolé, le président du parlement monocaméral Andreï Parouby avait appelé à plusieurs reprises les députés à ne parler qu’en ukrainien, si bien que même les députés russophones, principalement du Bloc d’opposition, le font.

Plus tôt, la Rada avait enregistré le projet de loi «Sur la langue de l’État» prévoyant l’emploi de l’ukrainien dans pratiquement tous les domaines de la vie.

Lire aussi:

Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Tags:
parlement, langue russe, députés, interdiction, langue ukrainienne, Rada suprême, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook