International
URL courte
Par
Négociations sur le Brexit (2017) (148)
15021
S'abonner

Une toute petite équipe d’hackers, peut-elle être suffisante pour la toute puissante Main du Kremlin? Ce n’est rien, en effet. Ainsi, pour influer sur le référendum sur le Brexit, elle aurait embauché «des milliers» d’utilisateurs russes de Twitter, d’après une récente étude d’une experte d’Oxford.

Stigmatiser les bons vieux hackers russes semble être l'une des activités préférées en Occident. Cette fois, il s'agirait de l'extension de leur réseau épouvantable, capable de déstabiliser l'ordre partout dans le monde.

Ainsi, d'après une récente étude effectuée par une étudiante de l'Oxford Internet Institute, quelques «milliers» d'utilisateurs «embauchés» par le Kremlin, auraient influencé le dénouement du référendum sur le Brexit, relate SkyNews.

Pour tirer ces conclusions, Yin Yin Lu, embauchée par Twitter, a étudié tous les tweets des utilisateurs russes publiés avant et pendant le vote sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, d'après SkyNews. Blague à part, il faudrait saluer cette ardeur, puisqu'il s'agit d'une analyse portant ni plus ni moins sur 22,6 millions de tweets, envoyés par 2.752 utilisateurs dans la période comprise entre mars et juillet 2016.

À l'issue de cette recherche, Yin Yin Lu n'a cependant trouvé que 416 tweets d'utilisateurs russes qui concernaient la politique.

«Tout d'abord, il est important de mettre en lumière le nombre de ces tweets. Il y a ainsi environ 400 tweets sur 22,6 millions. Cette proportion est presque négligeable. Donc, le mot «ingérence» est probablement un peu exagéré», explique l'étudiante, citée par SkyNews.

En outre, cette «cyberattaque» n'était pas aussi longue que celle de la présidentielle aux États-Unis, estime Yin Yin Lu. La Main du Kremlin n'est pas si noire qu'on veut bien le dire? Toutefois, malgré ces «cadeaux» de consolation, la spécialiste affirme: «c'est une sorte de réseau».

Cette notion de «réseau» d'utilisateurs arrive avec celle employée il y a quelques semaines par le quotidien espagnol El Pais, d'après qui la Main du Kremlin aurait jeté son dévolu sur la Catalogne et y aurait envoyé «une légion de bots» pour compromettre l'unité espagnole.

Apparemment, la célèbre Main du Kremlin s'est assurée le soutien de la majorité de la population de son pays. Mais dans ce cas-là, ne serait-il pas mieux pour l'entreprise Twitter de quitter la Russie?

Dossier:
Négociations sur le Brexit (2017) (148)

Lire aussi:

Elle refuse de porter un masque, son interpellation dégénère - vidéo
Manuel Valls appelle à «renverser la table» en France après la crise du coronavirus
Ayant fait le tour des réseaux sociaux, ces jaunes d’œufs étonnants attirent l'attention de chercheurs- vidéo
«Un scandale absolu»: Jean-Michel Aulas en colère face au foot français à l’arrêt
Tags:
La Main du Kremlin, utilisateurs, cyberattaque, Twitter, Inc, Royaume-Uni, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook