International
URL courte
26155
S'abonner

La coalition dirigée par les États-Unis ne mène pas d'opérations militaires contre les terroristes avec des tiers, a déclaré à Sputnik un porte-parole du Pentagone commentant la proposition de Moscou portant sur des frappes aériennes conjointes contre les terroristes en Syrie.

Le département américain de la Défense n'apprécie pas l'idée de cibler conjointement avec les forces aérospatiales russes les membres des groupes terroristes en Syrie.

«La coalition n'effectue pas de frappes aériennes en Irak et en Syrie à la demande du régime syrien et de la Fédération de Russie. Si nous recevons des données ou des informations d'un tiers que les terroristes de Daech se trouvent dans notre zone de responsabilité, nous pouvons mener notre propre enquête pour confirmer la véracité de ces données », a déclaré un porte-parole du Pentagone.

Selon lui, si une telle information est confirmée, l'armée commence à planifier des frappes aériennes «indépendamment des parties extérieures».

Le ministère russe de la Défense a déclaré mardi que le commandement des troupes russes en Syrie avait proposé à deux reprises à la coalition dirigée par les États-Unis une action commune visant à détruire des colonnes terroristes de Daech sur la rive gauche de l'Euphrate.

La Défense russe a également souligné que les États-Unis avaient refusé de bombarder les terroristes qui fuyaient la ville syrienne d'Abou Kamal sous prétexte qu'ils étaient protégés par les Conventions de Genève. En même temps, la partie américaine n'a pas su expliquer pourquoi ces combattants, lourdement armés, se regroupaient dans une zone de responsabilité de la coalition dans le but de réaliser de nouvelles attaques contre les troupes syriennes dans la région d'Abou Kamal.

Lire aussi:

Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
Documentaire sur Jeanne d'Arc censuré: la polémique gagne l'Assemblée nationale – vidéo
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Nicolas Sarkozy redoute que «notre avenir ne soit sombre»
Tags:
Daech, Pentagone, Syrie, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook