Ecoutez Radio Sputnik
    Saad Hariri

    En pleine crise libanaise, Hariri rencontre l’ambassadeur russe à Riyad

    © AFP 2018 STR
    International
    URL courte
    10211

    Suite à une démission aussi soudaine qu’inattendue, le sort du Premier ministre libanais Saad Hariri reste en suspens… Les Libanais doivent résoudre indépendamment toutes les questions nationales, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, indiquant en outre que M.Hariri avait eu une réunion avec l’ambassadeur russe à Riyad.

    Alors que la situation de Saad Hariri, Premier ministre libanais démissionnaire, continue de susciter de nombreuses interrogations, le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué que le politique libanais avait eu une réunion avec l'ambassadeur russe en Arabie Saoudite, Sergueï Kozlov.

    «Hariri est toujours en Arabie Saoudite», a déclaré la porte-parole du ministère russe Maria Zakharova. «Il y rencontre des représentants étrangers, y compris l'ambassadeur russe à Riyad.»

    Toutefois, la diplomatie russe n'a pas révélé le contenu de la réunion entre le politique libanais et le diplomate russe.

    La diplomate a également déclaré que Moscou suivait de près l'évolution de la situation au Liban. «Comme vous le savez, le Président de la République libanaise, après des consultations avec les principales forces politiques du pays, a refusé de reconnaître la déclaration du Premier ministre [Saad] Hariri transmise le 4 novembre par la chaine Al Arabia comme une demande formelle de démission», a-t-elle noté. «Le Président libanais insiste sur une démission par écrit en personne de Hariri pour s'assurer de la nature libre et non forcée de cette décision.»

    Selon elle, Moscou se prononce «pour que les Libanais résolvent indépendamment toutes les questions de l'agenda national, contre toute ingérence extérieure qui menace de violer l'équilibre politique et interconfessionnel» du Liban.

    «La position de la Russie dans les affaires libanaises demeure inchangée: nous soutenons fortement la souveraineté nationale, l'indépendance et l'intégrité territoriale de ce pays ami», a-t-elle conclu.

    Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a annoncé sa démission à la télévision le 4 novembre, alors qu'il se trouvait en visite de travail à Riyad. M.Hariri a affirmé que sa vie était «menacée» et a expliqué son départ par «l'ingérence de l'Iran et de ses complices, dont le Hezbollah, dans les affaires intérieures du Liban». Il a réaffirmé mercredi 15 novembre sur Twitter qu'il allait bien et regagnerait son pays dans les prochains jours.

    Pourtant, le Président libanais, Michel Aoun, a accusé mercredi l'Arabie saoudite de retenir son Premier ministre, Saad Hariri, en otage. Le dirigeant du mouvement Hezbollah a exprimé la même opinion déclarant que «le chef du gouvernement libanais était détenu en Arabie saoudite, on lui interdisait jusqu'à ce moment de rentrer au Liban.»

    Suite au déclenchement de la crise, le Premier-ministre libanais a été invité par Emmanuel Macron à venir en France avec sa famille. M. Hariri devrait arriver «dans les prochains jours», a annoncé l'Élysée mercredi 15 novembre au soir. Le lendemain, M. Hariri a confirmé sa visite en France. Selon le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, Saad Hariri peut venir en France quand il le souhaite et il sera accueilli comme un ami.

    Lire aussi:

    Hariri révèle la date de son retour au Liban
    «PM d'un pays ami de la France»: Saad Hariri à Paris pour rencontrer Emmanuel Macron
    Le Premier ministre libanais Hariri se rendra-t-il finalement en France ?
    Tags:
    démission, Jean-Yves Le Drian, Sergueï Kozlov, Saad Hariri, Maria Zakharova, France, Liban, Russie, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik