Ecoutez Radio Sputnik
    Robert Mugabe

    Crise au Zimbabwe: le Président Mugabe est-il toujours une partie du conflit?

    © REUTERS / Philimon Bulawayo
    International
    URL courte
    Crise au Zimbabwe (13)
    101

    Des blindés bloquent les rues de la capitale, le chef d'état-major des armées au volant du pays: pour le moment, il s'agit d'une «crise de succession» ou une «révolution de palais», engendrée par les démarches de l'épouse du dirigeant zimbabwéen et son entourage, a affirmé à Sputnik Michel Lafon, sociolinguiste ayant travaillé en Afrique.

    Après plusieurs jours de tensions politiques, notamment entre le Président Mugabe et son clan d'une part et le vice-Président Emmerson Mnangagwa de l'autre, l'armée zimbabwéenne a annoncé avoir pris le contrôle du pays. Dans un entretien à Sputnik, Michel Lafon, sociolinguiste retraité du CNRS, qui a travaillé à l'Institut français de recherche en Afrique à Harare, fait la lumière sur la situation dans le pays et explique ses prémisses.

    «Apparemment, l'armée a pris le pouvoir, contrôlant la radio et les bâtiments principaux. Aux dernières nouvelles, le Président Mugabe serait retenu chez lui, avec son épouse. Il a parlé au téléphone avec le Président sud-africain», a-t-il expliqué, tout en soulignant que «L'armée affirme ne pas vouloir garder le pouvoir mais vouloir remettre les choses sur le bon chemin».

    En cela, le Président Mugabe, «sénile», n'est en réalité pas partie dans le conflit, alors que son épouse et son groupe ont poussé le bouchon trop loin, a-t-il affirmé: «Elle lui a fait démettre le vice-Président Mnangagwa, pensant écarter celui-ci qui reste le successeur probable, en sa faveur».

    Cependant, sa femme a manifestement sous-estimé l'hostilité à son égard non seulement de la population dans son ensemble mais aussi de l'armée, a poursuivi M.Lafon.

    «C'est pour l'instant seulement une crise de succession ou une révolution de palais. On ne sache pas que la population manifeste.»

    Ce matin, l'État se voit dirigé par le chef de l'armée, bien que les ministres restent en place. Ainsi, le pays est apparemment sur le chemin d'une transition vers des élections sous le contrôle de l'armée.

    Le vice-Président Mnangagwa ne compte pas de son côté supprimer le parti du Président, la ZANU-PF, et pourrait d'ailleurs «recoller, au moins en partie, les morceaux», selon le spécialiste.

    Pour M.Lafon, il est peu probable que la crise entraîne une ingérence étrangère:

    «Je ne crois pas. Mais l'Afrique du Sud observe attentivement. On ne dit pas que d'autres puissances aient une main, même si les évènements ne sont sans doute pas pour déplaire aux Britanniques notamment.»

    À l'heure actuelle, les opérations se déroulent exclusivement dans la capitale, Harare, mais la situation pourrait certes dégénérer:

    «Je pense que la population n'est pas menacée, peut-être seulement les soutiens trop proches de Grace Mugabe», a résumé M.Lafon, ajoutant que «l'armée va tenter de calmer le jeu, annonçant la tenue prochaine d'élections, ils ont déjà avancé la tenue du prochain congrès du ZANU, et un gouvernement de gestion des affaires courantes en attendant.»

    L'armée zimbabwéenne a expliqué mercredi avoir pris le pouvoir dans le pays dans le cadre d'une action ciblée visant des «criminels» entourant le Président Robert Mugabe, assurant que le dirigeant de 93 ans ainsi que sa famille étaient «sains et saufs».

    Des soldats zimbabwéens ainsi que des véhicules blindés ont bloqué les routes menant aux principaux bâtiments gouvernementaux, au parlement et aux tribunaux dans le centre de Harare, la capitale du pays, selon Reuters.

    Dossier:
    Crise au Zimbabwe (13)

    Lire aussi:

    Mugabe démis de ses fonctions de chef de la ZANU-PF
    Zimbabwe: le parti au pouvoir nomme son candidat à la présidence en remplacement de Mugabe
    Combien le Zimbabwe est-il prêt à payer pour le départ de Mugabe?
    Tags:
    coup d'Etat, armée, militaires, crise, Grace Mugabe, Emmerson Mnangagwa, Robert Mugabe, Harare, Zimbabwe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik