Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Grouchko, ambassadeur de Russie auprès de l’Otan

    L'ambassadeur de Russie à l'Otan évoque les moyens de relever les défis mondiaux

    © REUTERS / Francois Lenoir
    International
    URL courte
    2100

    La situation au Proche-Orient témoigne de la nécessité de faire face aux dangers internationaux de concert, a constaté l'ambassadeur de Russie à l'Otan, Alexandre Grouchko.

    Les développements au Proche-Orient prouvent clairement que les défis internationaux ne peuvent être relevés qu'ensemble, a déclaré Alexandre Grouchko, ambassadeur de Russie à l'Otan.

    «Ce que nous pouvons voir aujourd'hui au Proche-Orient vient confirmer encore une fois que les menaces communes ne peuvent être contrées qu'en agissant ensemble», a-t-il indiqué aux journalistes.

    En outre, il a fait remarquer que l'Union européenne ne pouvait plus se permettre de rester «un îlot isolé de bien-être» dans le monde moderne et que les pays européens se devaient de reconnaître le fait qu'un monde multipolaire était d'ores et déjà formé.

    Alexandre Grouchko a pris la parole à une rencontre organisée à Moscou à l'occasion du 30e anniversaire de l'Institut de l'Europe de l'Académie russe des sciences.

    L'un des principaux défis mondiaux aujourd'hui est le règlement de la crise syrienne. La nécessité d'actions conjointes a été évoquée par le Président russe à plusieurs reprises. Ainsi, Vladimir Poutine a déclaré qu'aucune partie impliquée dans le conflit syrien n'était capable de résoudre cette crise de façon unilatérale. Dans ce contexte, il a constaté que la coopération entre Moscou, Ankara et Téhéran, pays garants du processus d'Astana sur le règlement en Syrie, portait ses fruits.

    «La Russie fait face au terrorisme agissant conjointement avec les autorités légitimes de Syrie et d'autres pays de la région. Elle agit conformément au droit international», a-t-il noté. Et d'ajouter: «Beaucoup de contradictions subsistent dans la région, mais nous nous sommes armés de patience et c'est avec patience, de façon très prudente, en calculant chaque pas et chaque mot, que nous travaillons avec tous les participants à ce processus.»

    Lire aussi:

    Poutine: certains pays sèment le chaos au Proche-Orient, mais une alternative existe
    Russie, Iran, Turquie: une nouvelle rencontre trilatérale prévue
    Moscou: «nous ne voyons pas de signes montrant que l’Otan est prête à s’arrêter»
    Tags:
    menaces, défis, Union européenne (UE), OTAN, Vladimir Poutine, Alexandre Grouchko, Astana, Téhéran, Ankara, Syrie, Moscou, Russie, Proche-Orient
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik