Ecoutez Radio Sputnik
    Teresa May

    Analyste du Sun: c’est Theresa May qui menace le Royaume-Uni pas la Russie!

    © REUTERS / Phil Noble
    International
    URL courte
    1151

    Par ses attaques contre la Russie, Theresa May essaie de détourner l'attention de ses compatriotes de la façon dont son gouvernement dirige le pays, a déclaré le chroniqueur du Sun Rod Liddle. Cependant, malgré toutes ses imperfections, Moscou pourrait être un allié utile si Londres, à chaque occasion, ne faisait pas de lui un ennemi.

    La Première ministre britannique Teresa May, qui tente de mettre les problèmes de son pays sur le dos de la Russie, a encore fait parler d'elle. Analysant ses propos, le chroniqueur du Sun Rod Liddle a ironisé en écrivant dans son dernier article:

    «Journée ratée? Rien ne fonctionne, qu'est-ce qu'il faut? Tous s'ennuient? Je vais vous dire qui est à blâmer: les damnés Russes. Ce sont eux qui sont à blâmer pour tout».

    Dans un récent discours, la Première ministre a essayé sans succès d'imiter la Dame de fer, Margaret Thatcher, May a déclaré en visant la Russie:«Nous savons ce que vous faites.» «Je suis prête à parier que Poutine a déjà frissonné», ironise l'auteur de l'article.

    May pense assurément que la Russie «sème la discorde» au Royaume-Uni.

    «Pendant un certain temps, j'ai pensé que tout cela était dû au fait que notre gouvernement soit dirigé par une équipe qui a l'esprit d'autodiscipline comme une bande de gibbons. Mais non, c'est encore probablement les Russes», ajoute Liddle.

    Il s'avère que la Russie interfère également dans la politique britannique, a déclaré Teresa May. À Saint-Pétersbourg, dit-elle, un groupe de spécialistes en informatique publie de temps à autre dans les réseaux sociaux des documents destinés à influencer l'opinion publique au Royaume-Uni. «Choquant, n'est-ce pas? Quel cauchemar! De la propagande, qui aurait pensé?», rétorque le journaliste.

    Ces «fake news russes» ont incité les Britanniques à voter pour une sortie de l'Union européenne, indique Theresa May. Et ceux qui souhaitent quitter l'Europe sont «non seulement des racistes stupides et incultes, mais aussi des sbires de Poutine», s'indigne Rod Liddle.

    Peut-être que la Russie diffuse de fausses nouvelles, mais le Royaume-Uni aussi fait exactement la même chose, note l'auteur.

    «Nos services de renseignement sont aussi partisans de la cyberguerre autant que les Russes. Nous bombardons la Russie avec de la propagande pro-occidentale tous les jours, depuis octobre 1917».

    Selon M.Liddle, les attaques de Theresa May contre la Russie sont un moyen de détourner l'attention de ses compatriotes du fait qu'elle «dirige le pays avec l'habileté et les compétences d'une femme dont on a scié la tête et remplacé celle-ci par un grand dessert en poudre». Ainsi, le désir d'exacerber les tensions dans les relations avec Moscou est «dangereux et contre-productif».

    «Avec toutes les imperfections de Poutine, il pourrait être un allié très utile dans la lutte globale contre l'islamisme. Mais non, à chaque occasion nous insistons pour en faire un ennemi».

    «Mais n'essayez pas de nous tromper, Theresa, en déclarant que les actions de la Russie constituent une réelle menace pour la Grande-Bretagne. Ce n'est pas eux la menace…», a conclu Liddle.

    Lire aussi:

    Theresa May compliquerait les possibilités de normalisation des relations avec la Russie
    «Au secours, les Russes écrivent sur Twitter!»: retour sur le discours alarmiste de May
    Accusation de May contre Moscou: tentatives de «détourner l'attention du public» du Brexit
    Tags:
    menaces, influence, ingérence, Theresa May, Rod Liddle, Russie, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik