Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président zimbabwéen Robert Mugabe

    «L’heure du changement a sonné»: ce que veulent les Zimbabwéens après le putsch (photos)

    © AP Photo/ Ben Curtis
    International
    URL courte
    Crise au Zimbabwe (13)
    234

    Les routes principales bloquées par des véhicules blindés, une forte présence militaire: l'ambiance après le coup d'État au Zimbabwe n'affole pourtant pas les locaux. Un journaliste de Sputnik s'est rendu à Harare pour recueillir le ressenti des gens, qui semblaient si indifférents à cette crise politique.

    Malgré les tensions et la prise du pouvoir par l'armée au Zimbabwe, la vie dans la capitale Harare suit son cours. Tandis que des véhicules blindés bloquent les routes menant aux principaux organes gouvernementaux, un correspondant de Sputnik s'est promené à travers la ville pour parler avec les habitants.

    Pas sans une certaine peur, des locaux ont confié qu'ils espéraient une bonne issue, mais à la fois traitaient les événements avec un peu d'indifférence. Une employée d'un hôpital, Gloria, a d'abord essayé de se soustraire au journaliste, surtout étranger.

    «Je ne suis pas la bonne personne avec laquelle il faut parler politique», a-t-elle affirmé. «Mais si ça t'intéresse, je crois que l'heure du changement a sonné. Le pouvoir est concentré dans les mains d'un cercle étroit de personnes, et puis Mugabe a déjà 93 ans, il est vieux. Je ne veux pas dire qu'il est quelqu'un de mauvais, mais il nous faut quelqu'un de plus moderne.»

    Les rues de Harare après le coup d’État
    © Sputnik. Arsen Sulejmanov
    Les rues de Harare après le coup d’État

    À la demande de préciser son attitude envers l'ancien vice-Président Emmerson Mnangagwa, Gloria a fait un geste de la main et a souri.
    Les représentants de l'ordre, pour la plupart, n'étaient pas désireux d'entamer une conversation. Un militaire a lancé, lorsque son collègue dans un blindé a regardé ailleurs:

    «Il nous est interdit de parler à personne. Nous faisons seulement notre travail ici. En tout cas, ça m'est bien égal. Assez, pars!»

    Les rues de Harare après le coup d’État
    © Sputnik. Arsen Sulejmanov
    Les rues de Harare après le coup d’État

    Si on omet le grand nombre de militaires dans le centre-ville, rien ne fait penser à un putsch à Harare. Des panneaux routiers, installés près d'un bâtiment gouvernemental, n'empêchent pas les conducteurs de rouler sur les routes «fermées». L'indifférence, elle règne partout, chez les automobilistes et chez les soldats, qui ne font pas attention à leurs véhicules.

    Les rues de Harare après le coup d’État
    © Sputnik. Arsen Sulejmanov
    Les rues de Harare après le coup d’État

    Le Zimbabwe est sous haute tension depuis lundi, où le chef d'état-major de l'armée, le général Constantino Chiwenga, a lancé un avertissement sans précédent à la ZANU-PF, le parti au pouvoir, pour dénoncer l'éviction la semaine dernière du vice-Président Emmerson Mnangagwa. Cet avertissement a conduit la ZANU-PF à accuser Constantino Chiwenga de trahison.

    Mercredi, l'armée zimbabwéenne a annoncé avoir pris le pouvoir dans le pays dans le cadre d'une action ciblée visant des «criminels» entourant le Président Robert Mugabe, assurant que le dirigeant de 93 ans ainsi que sa famille étaient «sains et saufs».

    Des soldats zimbabwéens ainsi que des véhicules blindés ont bloqué les routes menant aux principaux bâtiments gouvernementaux, au parlement et aux tribunaux dans le centre de Harare, la capitale du pays, d'après Reuters.

    Dossier:
    Crise au Zimbabwe (13)

    Lire aussi:

    Zimbabwe: le parti au pouvoir nomme son candidat à la présidence en remplacement de Mugabe
    Le Président zimbabwéen «prêt à mourir pour ce qui est juste»
    Mugabe démis de ses fonctions de chef de la ZANU-PF
    Tags:
    putsch, crise, pouvoirs, coup d'Etat, armée, Robert Mugabe, Harare, Zimbabwe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik