Ecoutez Radio Sputnik
    Entre gaz lacrymogène et cocktails Molotov: la tension monte à Athènes

    Entre gaz lacrymogène et cocktails Molotov: la tension monte à Athènes

    © REUTERS/ Alkis Konstantinidis
    International
    URL courte
    11210

    Des affrontements ont éclaté vendredi à Athènes lorsqu’environ 13.000 manifestants ont défilé en direction de l’ambassade des États-Unis pour commémorer le soulèvement étudiant de 1973 ayant contribué à renverser la junte militaire qui gouvernait alors le pays.

    Des affrontements ont éclaté vendredi à Athènes lors d'une marche de manifestants vers l'ambassade des États-Unis pour marquer le soulèvement étudiant de 1973, a annoncé l'agence d'information Athènes-Macédoine (AMNA). De nombreux Grecs accusent Washington d'avoir soutenu la dictature militaire dans leur pays.

    Les anarchistes, qui n'avaient aucun rapport avec la manifestation, ont lancé des cocktails Molotov, des pierres et des fumigènes contre les policiers. Ces derniers ont riposté avec du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes et en faisant usage de leurs matraques.

    ​​Des troubles ont été également enregistrés près de l'Université polytechnique nationale où une centaine de personnes ont jeté des cocktails Molotov contre les policiers qui ont utilisé du gaz lacrymogène. Un hélicoptère survole le secteur. Une femme a été blessée à la jambe par un fumigène.

    Des heurts entre anarchistes et policiers se sont produits également à Thessalonique et à Patras (péninsule du Péloponnèse) où les anarchistes ont lancé des cocktails Molotov et ont incendié des bacs à ordures. La police a répondu.

    Les médias grecs avaient précédemment indiqué que 7.000 policiers avaient été déployés dans le centre-ville d'Athènes où la circulation était barrée et les stations centrales de métro étaient fermées.

    ​En novembre 1973, les étudiants ont occupé les locaux de l'Université polytechnique nationale pour protester contre l'ingérence du gouvernement dans les actions syndicales. Dans la nuit du 16 au 17 novembre, les chars ont défoncé les portes de l'établissement qui a été pris d'assaut. Le drame a fait 23 morts et plus d'un millier de blessés.

    La révolte a été cruellement réprimée et des arrestations de masse ont été opérées. Ce qui a soulevé une vague de protestations qui a balayé la dictature des colonels soutenue par les États-Unis.

    C'est pour commémorer ces tristes évènements que les étudiants grecs viennent tous les ans devant l'ambassade des États-Unis pour brandir un drapeau ensanglanté de la Grèce.

    L'ambassade est traditionnellement fermée ce jour-là.

    Lire aussi:

    Jets de pierre et gaz lacrymogène: violents affrontements dans les rues d’Athènes (photos)
    Des anarchistes attaquent des policiers à Athènes
    Manif du 1er mai: affrontements, cocktails Molotov, journalistes blessés et caddie en feu
    Tags:
    tensions, émeutes, Patras, Thessalonique, Athènes, Washington, Grèce, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik