Ecoutez Radio Sputnik
    Congrès des Etats-Unis

    Contrer les missiles nord-coréens: les USA expérimentent

    © AFP 2017 MLADEN ANTONOV
    International
    URL courte
    6211

    Washington investit de plus en plus pour contrer une éventuelle menace nord-coréenne, et pourrait engager des cyberarmes ou des drones dans cette lutte, selon le New York Times.

    L'administration du Président Trump pourrait utiliser des cyberarmes et des drones afin de prévenir une frappe nucléaire de la Corée du Nord, indique le New York Times.

    La semaine dernière, le Congrès a été saisi d'une requête de financement à hauteur de 4 milliards de dollars pour contrer la menace nord-coréenne, selon le journal. Auparavant, le Congrès avait déjà approuvé l'octroi de 8 milliards de dollars à l'Agence de défense antimissile des États-Unis.

    Les États-Unis seraient prêts à recourir à des cyberarmes pour s'immiscer dans le fonctionnement des systèmes de commande de missiles avant leur tir. En outre, des drones et des chasseurs pourraient être utilisés pour abattre les missiles immédiatement après leur lancement.

    Les deux variantes «sont encore au stade expérimental», selon le journal.

    La confrontation entre Pyongyang et Washington s'est aggravée ces derniers temps sur fond d'exercices militaires américano-sud-coréens visant à s'entraîner en vue d'une frappe contre la Corée du Nord en cas de guerre. Près de 28.000 soldats américains sont déployés en Corée du Sud, sous prétexte de menace de la part de Pyongyang. Celui-ci, pour sa part, appréhende une menace américaine et augmente son potentiel nucléaire et de missiles malgré les sanctions imposées par le Conseil de sécurité de l'Onu.

    Lire aussi:

    Les USA et le Japon main dans la main contre la menace nord-coréenne
    Un diplomate nord-coréen évalue les chances de son pays dans une guerre contre les USA
    Crise coréenne: la Défense russe propose une feuille de route du règlement du conflit
    Tags:
    cyber-armée, défense, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik