International
URL courte
4118
S'abonner

L'Arabie saoudite a rappelé son ambassadeur en Allemagne pour consultation et adressé une note de protestation à l’ambassadeur allemand à Riyad. En cause: la crise libanaise.

La crise libanaise prend de l'ampleur. Les propos du ministre allemand Sigmar Gabriel, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Gebran Bassil à Berlin, ont indigné les autorités saoudiennes: le ministère saoudien des Affaires étrangères a rappelé samedi, pour consultation, l'ambassadeur en Allemagne et a fait parvenir une note de protestation à l'ambassadeur d'Allemagne à Riyad.

Jeudi, M. Gabriel a déclaré que «le Liban risqu[ait] de retomber dans de graves confrontations politiques et peut-être militaires. Afin de les prévenir, nous avons en particulier besoin du retour du Premier ministre actuel», a-t-il souligné, en estimant que le Liban «ne doit pas devenir un jouet de (…) la Syrie, de l'Arabie saoudite ou d'autres». «L'Allemagne est fermement aux côtés du Liban», a-t-il souligné.

«De telles remarques ont suscité la surprise et la désapprobation dans le royaume d'Arabie saoudite, qui les considère comme sans fondement, reposant sur de fausses informations qui ne sont guère de nature à contribuer à la stabilité dans la région», précise un communiqué en anglais du ministère des Affaires étrangères.

Le Royaume considère ces déclarations comme «hasardeuses, basées sur des informations erronées et ne servant pas la stabilité dans la région», a conclu le communiqué.

Le Premier ministre libanais a annoncé sa démission à la télévision le 4 novembre, alors qu'il se trouvait en visite à Riyad. M.Hariri a affirmé que sa vie était «menacée» et a expliqué son départ par «l'ingérence de l'Iran et de ses complices, dont le Hezbollah, dans les affaires intérieures du Liban». Il a réaffirmé mercredi 15 novembre sur Twitter qu'il allait bien et regagnerait son pays dans les prochains jours.

Le Président libanais, Michel Aoun, a accusé mercredi l'Arabie saoudite de retenir en otage son Premier ministre, Saad Hariri. Le dirigeant du mouvement Hezbollah, Hassan Nasrallah, a exprimé la même opinion en déclarant que «le chef du gouvernement libanais était détenu en Arabie saoudite, on lui interdisait jusqu'à présent de rentrer au Liban».

Lire aussi:

Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Tags:
ambassadeur, Sigmar Gabriel, Liban, Arabie Saoudite, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook