Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats US

    Le Pentagone déclassifie des données sur le harcèlement sexuel dans l’armée US

    © AP Photo/ Mindaugas Kulbis
    International
    URL courte
    315

    Les signalements d'agressions sexuelles dans les forces armées américaines ont fortement augmenté en quatre années, passant de 3.604 cas en 2012 à 6.172 en 2016, a révélé le Pentagone dans un rapport qui déclassifie pour la première fois des données sur le harcèlement sexuel.

    Vendredi, l'armée américaine a dévoilé pour la première fois des données sur les signalements d'agressions sexuelles, montrant les résultats pour ses bases à travers le globe entre les années financières 2013 et 2016, annonce Reuters qui se réfère au rapport du Sexual Assault Prevention and Response Office, une branche du Pentagone.

    Selon les données publiées, les bases américaines en Corée du Sud ont reçu 211 signalements d'agressions sexuelles, tandis que la base navale Norfolk en Virginie en a reçu 270 au cours de l'année financière de 2016 qui a débuté en octobre 2015 et s'est terminée en septembre 2016. En 2015, la base de Norfolk a établi un record avec 291 signalements.

    Le Pentagone a averti que les chiffres n'indiquaient pas nécessairement si les agressions sexuelles signalées avaient eu lieu dans ces établissements non plus si un crime avait été commis. Par exemple, les agressions sexuelles survenues lors d'un déploiement à l'étranger ne sont souvent signalées qu'une fois que les militaires sont retournés dans leurs bases, précise le portail Stars and Stripes se référant au rapport.

    Le Pentagone a annoncé plus tôt cette année un nombre record de 6.172 signalements d'agressions sexuelles en 2016, contre 6.082 l'année précédente.

    Lire aussi:

    La Bundeswehr enregistrerait une augmentation des crimes sexuels dans ses rangs
    Nombre record de dénonciations de crimes sexuels dans l’armée US en 2016
    Explosion du nombre de violences sexuelles et de cambriolages en 2017 en France
    Tags:
    harcèlement sexuel, Pentagone, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik