Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux sud-coréen, chinois et nord-coréen

    Ce que cache la visite d’un important diplomate chinois en Corée du Nord

    © AFP 2017 MENAHEM KAHANA
    International
    URL courte
    15423

    Un représentant spécial chinois est arrivé vendredi à Pyongyang, mais quelle est sa mission? «La dernière chose que la Chine veut est un conflit dans la péninsule coréenne. Ils ne veulent pas voir Kim éliminé», a déclaré à Sputnik le professeur David O’Brien commentant la visite du responsable chinois.

    Song Tao, émissaire du président chinois Xi Jinping, s'est rendu vendredi en Corée du Nord pour une visite qualifiée de «geste important» par Donald Trump, qui exhorte Pékin à renforcer la pression pour endiguer les ambitions nucléaires de Pyongyang.

    Selon David O'Brien, de l'École d'études chinoises contemporaines de l'Université de Nottingham à Ningbo en Chine, le principal intérêt chinois est de mettre fin aux tensions le long de ses frontières.

    «La raison principale de cette visite était d'informer le Parti du travail de Corée du Nord des résultats du très important Congrès national du Parti [communiste] tenu à Beijing. Car bien sûr, le Parti du travail de Corée du Nord et le Parti communiste chinois sont des frères idéologiques, mais c'est une grande relation entre grand frère et petit frère. Ceci dit, les relations entre eux deux n'ont jamais été aussi mauvaises qu'elles le sont», a-t-il déclaré dans une interview à Sputnik.

    Selon lui, la Chine se sent entourée de pays qui, «en réalité, ne sont pas particulièrement amicaux envers elle». Pékin considère la Corée du Nord «comme son seul véritable allié dans la région».

    «Il est certain que toutes les actualités en provenance de la Corée du Nord ont récemment été négatives. Il pourrait y avoir une indication que c'est une tentative des Chinois pour lancer des négociations, parce que c'est dans l'intérêt de la Chine de stabiliser la situation. Littéralement la dernière chose que la Chine veut est un conflit dans la péninsule coréenne. Ils ne veulent pas voir Kim éliminé et ils ne veulent certainement pas que des millions de réfugiés soient déplacés dans un conflit dans leur région du nord», a-t-il souligné.

    Les tensions ne cessent de monter autour de la péninsule coréenne ces derniers mois. En effet ces derniers mois, Pyongyang a réalisé une série inédite de tests de missiles et a procédé à l'essai d'une bombe à hydrogène (bombe H). En réponse, le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis ont mené une série d'exercices dirigés contre la menace nord-coréenne.

    Lire aussi:

    Pékin a déjà fait «tout son possible» sur la Corée du Nord
    L’impasse des sanctions américaines contre la Corée du Nord
    Corée du Nord: la Maison-Blanche compte sur la Russie et la Chine
    Tags:
    diplomates, États-Unis, Corée du Nord, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik