International
URL courte
Crise au Zimbabwe (13)
0 00
S'abonner

La ZANU-PF, au pouvoir au Zimbabwe, a écarté dimanche le président du pays, Robert Mugabe, de son poste de chef du parti, selon des sources proches de Reuters.

Le Comité central de l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-PF), au pouvoir au Zimbabwe, a tenu dimanche une réunion extraordinaire au cours de laquelle il a été décidé de démettre le Président du pays, Robert Mugabe, 93 ans, de ses fonctions de chef du parti, selon des sources proches de Reuters.

Le nouveau chef de la ZANU-PF désigné est l'ex-vice-Président Emmerson Mnangagwa.

Trois délégués ont confirmé à Reuters la destitution de Mugabe.

L'épouse du Président, Grace Mugabe, a quant à elle été exclue du parti, a affirmé Reuters.

Selon des informations parues précédemment, l'armée a pris le contrôle du centre de la télévision à Harare et de la résidence du Président Mugabe. Ce dernier a confirmé lors d'un entretien téléphonique avec son homologue sud-africain, Jacob Zuma, qu'il était assigné à résidence par les militaires.

La Zanu-PF a donné à Robert Mugabe jusqu'à lundi midi (10h00 GMT) pour démissionner de la présidence du pays. Sinon une procédure de destitution sera engagée à son encontre, a ajouté Reuters, se référant à une résolution du parti.

La situation à Harare reste calme, des patrouilles militaires et des véhicules blindés stationnent dans les rues et les routes menant aux principaux bâtiments gouvernementaux sont bloquées.

Le Zimbabwe est sous haute tension depuis lundi, jour où le chef d'état-major de l'armée, le général Constantino Chiwenga, a lancé un avertissement sans précédent à la ZANU-PF, le parti au pouvoir, pour dénoncer l'éviction la semaine dernière du vice-Président Emmerson Mnangagwa. Cet avertissement a conduit la ZANU-PF à accuser Constantino Chiwenga de trahison.

Mercredi, l'armée zimbabwéenne a annoncé avoir pris le pouvoir dans le pays dans le cadre d'une action ciblée visant des «criminels» entourant le Président Robert Mugabe, assurant que le dirigeant et sa famille étaient «sains et saufs».

 

Dossier:
Crise au Zimbabwe (13)

Lire aussi:

Un Gilet jaune interpellé pour avoir remplacé le portrait de Macron par un QR code
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Face au «chantage» gouvernemental, ils préfèrent acheter un faux-vrai pass sanitaire par principe - témoignages
Tags:
Zimbabwe, Jacob Zuma, Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa, Grace Mugabe, Constantino Chiwenga, Zanu-PF, destitution
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook