International
URL courte
17045
S'abonner

Après le refus des États-Unis de bombarder les terroristes qui fuyaient la ville syrienne d’Abou Kamal, l’Organisation des Nations unies s’est dite ne pas être en mesure d’établir quelle était la source première de celles concernant l’aide que la partie américaine aurait accordée aux djihadistes en Syrie.

Lors d'un briefing qui s'est tenu lundi, le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'Onu, Farhan Haq, a déclaré que l'organisation ne pouvait pas vérifier la véracité des informations sur l'aide que les États-Unis auraient apportée aux terroristes en Syrie.

«Nous avons connaissance des informations diffusées dans les médias, mais nous ne sommes pas en mesure de vérifier leur source première», a déclaré lundi lors d'un briefing le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'Onu, Farhan Haq.

D'après les dires de Farhan Haq, l'Onu compte «livrer l'aide humanitaire dans toutes les régions qui sont accessibles».

Auparavant, la Défense russe avait déclaré que les États-Unis avaient refusé de bombarder les terroristes qui fuyaient la ville syrienne d'Abou Kamal sous prétexte qu'ils étaient protégés par les Conventions de Genève. En même temps, la partie américaine n'a pas su expliquer pourquoi ces combattants, lourdement armés, se regroupaient dans une zone de responsabilité de la coalition dans le but de réaliser de nouvelles attaques contre les troupes syriennes dans la région d'Abou Kamal.

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
«Nous nous dirigeons vers un drame économique et social inédit» en France
Tags:
défense, ONU, Farhan Haq, Abou Kamal, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook