Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de Google

    La promesse de Google de rendre Sputnik et RT moins visibles est «une agression directe»

    © REUTERS / Eric Gaillard
    International
    URL courte
    20623
    S'abonner

    Le patron d'Alphabet, société mère de Google, a annoncé que les médias russes RT et Sputnik feraient l'objet d'un déclassement sur Google News. Le vice-président du comité de la Douma en charge de la politique et des technologies de l’information et de la communication, Andreï Svintsov, a réagi à cette déclaration.

    L'intention de la société mère de Google, Alphabet, de rendre Sputnik et RT moins visibles dans ses résultats, n'est qu'un moyen d'exercer des pressions sur les médias russes, a déclaré à RT Andreï Svintsov, le vice-président du comité de la Douma en charge de la politique et des technologies de l'information et de la communication.

    «Le fait qu'ils aient pris la décision d'ainsi isoler les sites de RT et de Sputnik dans le moteur de recherche dans la catégorie des médias, signifie qu'ils ont trouvé une forme de pression sur nos chaîne-agents, qui ne permettra pas aux personnes dans le monde entier faisant une recherche sur tel ou tel sujet de voir nos médias, qui diffusent leurs articles sur leurs sites. C'est un coup puissant.»

    D'après lui, une telle interdiction peut diminuer la fréquentation des sites par dix.

    «C'est une forme évidente de guerre informatique, qui vient d'éclater, c'est un bombardement, une agression directe», a résumé Andreï Svintsov.

    Eric Schmidt, patron d'Alphabet, société mère de Google, a déclaré que sa compagnie tâche de couper la voie à «la propagande russe» sur Google News, qui a été critiqué pour avoir accordé trop de visibilité aux médias RT et Sputnik sur sa plateforme, écrit Motherboard. Or auparavant, Google avait déclaré ne pas avoir trouvé de preuves d'une quelconque «manipulation de la part de RT et d'autres médias russes».

    Tags:
    Douma d'État, Google, Sputnik, chaîne de télévision russe RT
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik