Ecoutez Radio Sputnik
    cadeau

    Ce cadeau énigmatique offert par Assad à Poutine

    © Sputnik.
    International
    URL courte
    181461

    Reçu lundi par le chef du Kremlin dans la station balnéaire de Sotchi, le Président syrien n’est pas arrivé les mains vides, apportant à son homologue russe un tableau…

    Une toile vert tendre affichant une fine écriture arabe… En visite à Sotchi, le Président Bachar el-Assad a remis à son homologue russe une peinture de calligraphie arabe réalisée par un artiste syrien ayant regagné sa partie après avoir immigré un temps.

    «La tradition arabe ne connaît pas l'art figuratif, mais en revanche, la calligraphie est largement rependue», explique le vice-directeur du Musée de l'Orient, Tigran Mkrtytchev, interrogé par Sputnik au sujet du cadeau fait par le Président syrien. «Le tableau que Bachar el-Assad a offert à Vladimir Poutine représente notamment cette tradition de calligraphie», poursuit-il.

    «Il s'agit apparemment d'un texte de remerciement», affirme de son côté à Sputnik Vladimir Beliakov, directeur de recherche à l'Institut de l'Orient de l'Académie russe des sciences.

    Déplorant que la photo de la peinture ne permette pas de distinguer nettement le texte, le chercheur a toutefois remarqué que l'écriture était «légèrement différente de celle utilisée traditionnellement». Selon lui, il ne s'agit pas de calligraphie au sens commun du terme, mais d'«éléments calligraphiques» que comportent certaines lettres. «Apparemment, c'est de l'art contemporain», conclut-il.

    Le 20 novembre, le Président Vladimir Poutine s'est entretenu à Sotchi avec le Président syrien Bachar el-Assad, dans le cadre d'une visite de travail.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad s'est rendu en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine
    «Des récidives sont possibles» en Syrie
    Le porte-parole du Kremlin révèle si Poutine et Assad ont évoqué le départ de ce dernier
    Tags:
    cadeau, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Sotchi, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik