Ecoutez Radio Sputnik
    le Président iranien Hassan Rohani

    Hassan Rohani accuse certaines puissances de faire se propager le «mal du terrorisme»

    © AP Photo/ Ebrahim Noroozi
    International
    URL courte
    3150

    Les puissances qui encouragent le terrorisme doivent prendre en compte que ce mal peut se répandre dans le monde entier, estime le Président iranien Hassan Rohani.

    Intervenant lors la rencontre avec les chefs d'État russe et turc ce mercredi à Sotchi, le Président iranien Hassan Rohani a expliqué quelle leçon il fallait tirer de la situation actuelle en Syrie.

    «Les pays de la région doivent tirer une leçon de la crise artificiellement créée en Syrie. Cette leçon nous apprend que certaines puissances qui se réclament de la démocratie et des droits de l'homme ne se refusent pas de recourir au terrorisme et à la violence dans la région pour atteindre leur objectif à courts termes», a-t-il déclaré.

    Selon lui, ces puissances doivent comprendre qu'à la suite de ces actions «le mal» du terrorisme et de l'extrémisme pourrait «s'étendre à d'autres régions du monde».

    Il a également souligné que ceux qui promouvaient le terrorisme étaient préoccupés par une défaite éventuelle et essayeraient de créer une nouvelle crise.

    «Ils mettent en doute les efforts que des pays de la région, y compris l'Iran, entreprennent», a-t-il conclu.

    Vladimir Poutine réunit mercredi les Présidents turc Recep Tayyip Erdogan et iranien Hassan Rohani pour «œuvrer au règlement à long terme du conflit» syrien, à quelques jours de la reprise des pourparlers à Genève.

    La Russie, l'Iran, et la Turquie sont les parrains du processus d'Astana, la capitale kazakhe, qui a permis la mise en place de quatre zones de désescalade sur le territoire syrien.

    Ces mesures ont permis de calmer la tension sur le terrain et de réunir autour d'une même table les représentants des autorités et de l'opposition pour parler des questions militaires, tandis que les pourparlers politiques de Genève étaient au point mort. Moscou veut désormais trouver un relais politique à ce processus.

    Lire aussi:

    Moscou, Ankara et Téhéran «ont mis en place une véritable coalition antiterroriste»
    «Cesser l’effusion de sang» en Syrie, intérêt principal du sommet à Sotchi, selon Erdogan
    Les USA n'envisageraient pas de laisser passer l'armée syrienne au nord de la Syrie
    Tags:
    terrorisme, Hassan Rohani, Turquie, Syrie, Russie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik