International
URL courte
2110
S'abonner

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la réunion trilatérale des chefs d'État russe, iranien et turc sur le règlement syrien qui s'est déroulé à Sotchi, était importante pour cesser «l'effusion de sang» en Syrie.

Recep Tayyip Erdogan a évoqué quelle était l’importance principale du sommet trilatéral des dirigeants russe, iranien et turc qui s’est déroulé à Sotchi quelques jours avant la reprise des pourparlers de paix à Genève.

«Ce sommet trilatéral a une grande importance pour cesser l'effusion de sang [en Syrie, ndlr], ainsi que pour mettre fin à la tragédie qui se poursuit depuis de longues années», a déclaré le Président turc en marge du sommet réunissant les trois dirigeants dans la station balnéaire russe de Sotchi.

D'après lui, le monde entier est le témoin du pas positif fait à la suite de la collaboration trilatérale de la Russie, de l'Iran et de la Turquie sur le règlement de la situation en Syrie.

Vladimir Poutine a réuni mercredi les Présidents turc Recep Tayyip Erdogan et iranien Hassan Rohani pour «œuvrer au règlement à long terme du conflit» syrien, à quelques jours de la reprise des pourparlers à Genève.

La Russie, l'Iran, et la Turquie sont les parrains du processus d'Astana, la capitale kazakhe, qui a permis la mise en place de quatre zones de désescalade sur le territoire syrien.

Ces mesures ont permis de calmer la tension sur le terrain et de réunir autour d'une même table les représentants des autorités et de l'opposition pour parler des questions militaires, tandis que les pourparlers politiques de Genève étaient au point mort. Moscou veut désormais trouver un relais politique à ce processus.

Lire aussi:

Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
Tags:
Russie, Syrie, Sotchi, Genève, Astana, Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Hassan Rohani, sommet, sang
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook