International
URL courte
20168
S'abonner

Le chef de la diplomatie russe a de nouveau dénoncé les essais nucléaires et balistiques de Pyongyang, tout en appelant à résoudre la crise coréenne par la voie de négociations multilatérales.

La Russie rejette les ambitions nucléaires et balistiques de la Corée du Nord et insiste sur la mise en œuvre des résolutions de l'Onu par Pyongyang, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

«Comme tous les membres de la communauté internationale, la Russie ne reconnaît pas l'aventurisme nucléaire et balistique de la RPDC [République populaire démocratique de Corée, ndlr] et la violation grossière de la résolution du Conseil de la sécurité de l'Onu. En coopération avec la Chine et plusieurs autres pays, nous insistons en outre sur la mise en œuvre d'autres dispositions de la résolution qui exigent la reprise des négociations», a indiqué le chef de la diplomatie russe lors d'une conférence de presse avec son homologue japonais Taro Kono.

Il a également rappelé les propositions russo-chinoises destinées à résoudre la crise nucléaire coréenne de façon pacifique.

En juillet, Moscou et Pékin avaient avancé une initiative visant à relancer les pourparlers à six sur le problème nucléaire nord-coréen interrompus auparavant par Pyongyang. Le plan russo-chinois prévoit notamment le gel des essais balistiques et nucléaires nord-coréens ainsi que celui des exercices militaires conjoints menées par les États-Unis et la Corée du Sud.

Lire aussi:

Un ancien ministre de Hollande et Mitterrand entendu sur des accusations de viols sur mineur
Les États-Unis s’abstiennent de partager leurs vaccins anti-Covid avec d’autres pays
Ce chasseur russe est l’un des plus beaux du monde, selon les lecteurs d’un site américain
Une boule de titane pesant 41 kg et présentant des écritures cyrilliques trouvée sur une plage aux Bahamas
Tags:
nucléaire coréen, tests nucléaires, négociations, Taro Kono, Sergueï Lavrov, Corée du Nord, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook