International
URL courte
Sous-marin disparu en Argentine (50)
287
S'abonner

Le père d’un sous-marinier à bord du San Juan, le sous-marin argentin disparu le 15 novembre, dit avoir appris le décès de l’ensemble de l’équipage.

Sous-marin ARA San Juan
© AFP 2020 Alejandro Mortiz / Telam / AFP
Un porte-parole de la Marine argentine a fait savoir au père de l'un des membres d'équipage du sous-marin San Juan, disparu le 15 novembre, que l'ensemble de l'équipage avait péri, relatent les médias argentins.

C'est le chef de son fils qui l'a appelé pour l'informer de cette nouvelle, a confié Luis Tagliapietro.

«On m'a dit que l'explosion s'était confirmée et que tout le monde avait péri», a déclaré l'homme. L'explosion, selon lui, s'est produite à une profondeur comprise entre 200 et 1.000 mètres. «Personne ne peut survivre après un tel coup», dit le père.

Un phénomène acoustique correspondant à une explosion a été détecté le jour de la disparition du San Juan, à l'endroit où le sous-marin avait pour la dernière fois établi une liaison radio avec d'autres navires.

Le 15 novembre, le commandement de la Marine argentine a perdu le contact avec le sous-marin argentin ARA San Juan, avec 44 personnes à bord. Il avait quitté le port d'Ushuaia avant de mettre le cap sur Mar del Plata, à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires.

Construit en Allemagne, le sous-marin ARA San Juan fait partie de la Marine argentine depuis 1985. Ce submersible de la classe TR 1700 est long de 66 mètres et sa vitesse maximale est de 25 nœuds.

Dossier:
Sous-marin disparu en Argentine (50)

Lire aussi:

Il fonce sur les gendarmes dans le Gard en projetant leur véhicule huit mètres plus loin
Couvre-feu à 18h: «On a le droit de déroger, alors faisons-le», lance un maire breton
Le Drian: «Il est urgent de dire à l'Iran que cela suffit»
«C'est un mal pour un bien»: un soldat français blessé lors d'une attaque terroriste au Mali témoigne
Tags:
disparition, sous-marins, ARA San Juan (sous-marin), Luis Tagliapietro, Argentine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook