International
URL courte
15321
S'abonner

Le Pentagone entend créer des végétaux génétiquement modifiés, capables de collecter l’information de renseignement ou d’identifier des menaces potentielles.

L'Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) planifie de créer des plantes génétiquement modifiées qui seraient capables de collecter des données de menaces potentielles.

Le programme Technologies végétales avancées (Advanced Plant Technologies) vise au contrôle et à la gestion de la physiologie de plantes pour identifier des menaces chimiques, biologiques et radiologiques et des signaux électromagnétiques.

Selon les auteurs, des «capteurs» sensibles à certains stimuli et capables de transmettre des signaux à distance devraient être développés. Dans le même temps, ils doivent avoir un taux de survie élevé pour pouvoir vivre dans l'environnement naturel pendant plusieurs mois, voire des années.

La DARPA voit un grand potentiel dans ce programme parce que les plantes peuvent facilement être installées partout, elles sont largement répandues et capables de subvenir à leurs besoins.

Pour doter les végétaux des propriétés nécessaires, il est prévu d'utiliser des moyens précis d'édition du génome. Le Pentagone à l'intention de recruter une équipe de spécialistes de différents domaines tels que la phtisiologie des plantes, l'édition du génome, la biochimie et l'écologie végétale.

Les participants potentiels au programme sont invités à soumettre leurs propres versions de ces plantes et les menaces qu'elles seront en mesure d'identifier. La réunion avec les possibles partenaires aura lieu le 12 décembre.

Lire aussi:

Près de 8.000 nouveaux cas de Covid-19 et 499 décès en France en une journée
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
Tags:
données, renseignement, technologies, plantes, OGM, Pentagone, DARPA, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook