Ecoutez Radio Sputnik
    Des maisons endommagées en Syrie

    Des détachements d’Al-Nosra remarqués en Syrie, mais «l’opposition ne fait rien»

    © REUTERS / Bassam Khabieh
    International
    URL courte
    7231

    Le Front al-Nosra a été repéré dans la zone de désescalade Sud en Syrie, mais l'opposition ne fait rien pour lutter contre les terroristes, a constaté Sergueï Kouralenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    La présence de groupes du Front al-Nosra, rebaptisé Front Fatah al-Cham, a été enregistrée dans la zone de désescalade Sud en Syrie. Or, l'opposition ne prend aucune mesure contre les terroristes, a déclaré samedi lors d'une conférence de presse le général de division Sergueï Kouralenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    «Un contrôle de la zone de désescalade Sud a permis d'établir la présence, dans le secteur de la localité de Beidgin, du groupe terroriste Front al-Nosra dont des détachements lancent régulièrement des offensives contre les forces gouvernementales», a-t-il indiqué.

    Sergueï Kouralenko a fait remarquer que la présence dans une des zones de désescalade d'une formation armée reconnue comme terroriste par la communauté internationale générait une certaine tension dans la région.

    «Or, l'opposition ne fait rien pour lutter contre les groupes terroristes se trouvant dans la zone de désescalade Sud», précise un communiqué diffusé par le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    Lire aussi:

    Exit le F-35, la Turquie dévoile son propre projet d'avion furtif, «le meilleur chasseur en Europe» (photo)
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Tags:
    zone de désescalade, offensive, terrorisme, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Front al-Nosra, Sergueï Kouralenko, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik