Ecoutez Radio Sputnik
    Lockheed EP-3

    Trois avions-espions US ont longtemps scruté les frontières russes

    © Photo. U.S. Department of Defense
    International
    URL courte
    10628

    Trois avions espions US ont effectué des vols de reconnaissance près des frontières russes au-dessus des mers Noire et Baltique. Ces missions coïncident à l’arrivée d’un destroyer américain armé de missiles Tomahawk en mer Noire.

    Un avion-espion de l’Armée de l’air américaine, RC-135W, a accomplie lundi une mission à proximité près des frontières terrestres et maritimes de la région russe de Kaliningrad, enclavée entre la Lituanie et la Pologne, ont annoncé les sites internet qui surveillent les vols des avions militaires.

    L’avion immatriculé 62-4132 (nom de code TRUNK33), qui a décollé depuis la base aérienne de Mildenhall, au Royaume-Uni, a passé plusieurs heures dans l’espace aérien de la Pologne, près de la frontière terrestre de la région de Kaliningrad, et au-dessus de la mer Baltique, non loin de la frontière maritime de cette exclave russe.

    L’avion avait survolé les Pays-Bas, l’Allemagne, la Pologne et la mer Baltique pour s’approcher de la Russie.

    Dans le même temps, un avion de patrouille maritime de l'US Navy P-8A Poseidon, numéro d'immatriculation 168437, qui avait décollé depuis la base aérienne de Sigonella, en Sicile, et un avion de reconnaissance radar EP-3E Aries II ont survolé la mer Noire

    D’après les observateurs, ces vols d’avions-espions américains seraient liés à l’entrée dimanche du destroyer USS James E. Williams dans la mer Noire. Les avions auraient pour mission de protéger le destroyer contre les moyens de guerre électronique russes. Armé de missiles de croisière Tomahawk, le destroyer fait route vers le nord, longeant la côte ouest de la mer. 

    En 2014, un chasseur russe Sukhoi Su-24 a utilisé son système de guerre électronique Khibiny contre le destroyer américain USS Donald Cook qui avait pénétré en mer Noire. Le chasseur a imité une attaque contre le navire dont le système de contrôle d’armements était paralysé. L’USS Donald Cook a ensuite rapidement quitté la mer Noire.

    Ces derniers temps, les bâtiments des marines de guerre des États-Unis et d’autres membres de l’Otan se rendent régulièrement en mer Noire. Aux termes de la Convention de Montreux de 1936, les navires militaires des pays non riverains de la mer Noire peuvent passer dans cette mer 21 jours consécutifs. Le document impose également des restrictions quant à la classe et au tonnage total de ces bâtiments qui ne doit pas dépasser 30.000 tonnes en temps de paix.

    Lire aussi:

    Un avion-espion US repéré près de la Crimée
    Un avion-espion US a longtemps volé le long des frontières russes
    Deux avions-espions US s’approchent de la frontière russe
    Tags:
    avion de reconnaissance, destroyer, avions militaires, Lockheed EP-3, Boeing RC-135W, Boeing P-8 Poseidon, USS James E.Williams, région de Kaliningrad, mer Noire, mer Baltique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik