Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Tir de missile nord-coréen: Macron compte sur Moscou et Pékin à l’Onu

    © AFP 2019 ludovic MARIN
    International
    URL courte
    17018
    S'abonner

    Le chef de l’État français a annoncé ce mercredi escompter que les autorités russes et chinoises adopteront de nouvelles sanctions à l’encontre de la Corée du Nord.

    Réagissant au nouveau tir de missile nord-coréen, Emmanuel Macron a dit espérer que la Russie et la Chine, membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, introduiront de nouvelles sanctions contre Pyongyang, lors d‘un entretien accordé à RFI et France 24 en marge du sommet entre l‘Union africaine et l‘Union européenne qui se tient à Abidjan.

    «Et je compte beaucoup en particulier sur la Chine et la Russie pour prendre les sanctions les plus difficiles et les plus efficaces sur la Corée.»

    Le Président français a en outre ajouté qu'il condamnait à nouveau le tir qui a été fait «avec la plus grande force et maintenant nous devons accroître les sanctions».

    La Corée du Nord a procédé dans la nuit de mardi à mercredi à un nouveau tir de missile de type intercontinental (ICBM), le Hwasong-15, qui s'est abattu près des côtes japonaises. Il s'agit du premier tir de missile nord-coréen depuis la mi-septembre.

    Il intervient une semaine après la décision de Donald Trump de réinscrire la Corée du Nord sur la liste américaine des pays soutenant le terrorisme, décision qui a ouvert la voie à de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

    Lire aussi:

    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition sur WhatsApp
    La crise financière c'est pour bientôt... et ce sont les investisseurs qui le disent
    Erdogan interpelle Macron sur l'islamophobie et le mouvement des Gilets jaunes
    Tags:
    tir de missiles, sanctions, Emmanuel Macron, Corée du Nord, Russie, Chine, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik