International
URL courte
2312
S'abonner

Coïncidence ou non, mais douze ampoules d’une substance qui aurait pu sauver la vie de Kim Jong-nam se trouvaient dans son sac à dos au moment de l’attaque, affirme la presse malasienne.

Près de dix mois après le mystérieux assassinant du demi-frère de Kim Jong-un, les rumeurs autour de cette affaire ne cessent pas. Empoisonné à l'aéroport international de Kuala Lumpur, Kim Jong-nam aurait eu sur lui un antidote au moment du meurtre, affirme le site d'information malaisien The Star.

À en croire le média, qui cite un expert chargé d'examiner l'agent toxique utilisé contre le demi-frère du dirigeant nord-coréen, ce dernier avait 12 ampoules d'Atropine, médicament capable de neutraliser les effets de certains types de substances paralytiques, dont le VX à l'aide duquel a été menée l'agression.

Le site ajoute que la présence d'Atropine a été confirmée devant la cour par la toxicologue K. Sharmilah, à qui la police a transmis des échantillons le 10 mars pour faire des examens.

L'expert a en plus démenti les propos tenus par plusieurs avocats des accusés, selon lesquels les contenants arboraient des inscriptions en coréen.

Quatre hommes sont soupçonnés d'avoir comploté avec deux femmes pour assassiner le demi-frère en disgrâce du dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-Un.

Des images de caméras de surveillance de l'aéroport ont montré les deux femmes s'approchant de Kim par derrière, avant de lui asperger un produit liquide sur le visage. Il avait succombé peu après. Les deux femmes risquent la peine de mort.

Dès le début de l'affaire, la Corée du Sud a accusé le Nord d'avoir orchestré l'assassinat, ce que Pyongyang a toujours démenti. Kim Jong-Nam était un critique du régime nord-coréen et vivait en exil.

Lire aussi:

Lionel Messi quitte le FC Barcelone
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
Le Conseil constitutionnel valide l'extension du pass sanitaire mais censure l'isolement obligatoire
Tags:
Malaisie, Corée du Nord, Kim Jong-nam, Kim Jong-un
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook