Ecoutez Radio Sputnik
    Corée du Nord

    La Russie «ne sera pas surprise» si une guerre éclate en Corée du Nord

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    27585
    S'abonner

    Le secrétaire du Conseil de sécurité russe a évalué les dangers potentiels de l’activité nucléaire nord-coréenne pour la Russie dans le cas où la guerre de mots entre Pyongyang et Washington dégénère en conflit armé.

    Un conflit militaire sur la péninsule coréenne figure parmi les scénarios envisagés par la Russie, qui calcule les risques afin de ne pas être prise au dépourvu si cette éventualité venait à se produire, a affirmé Nikolaï Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité russe, dans une interview à Sputnik.

    Le nouveau tir de missile réalisé par Pyongyang dans la nuit de mardi à mercredi a ravivé la crainte d'un conflit d'ampleur que la Russie juge de son côté possible.

    «Nous le calculons, nous nous y préparons. Ce ne sera pas une surprise pour nous», a indiqué M. Patrouchev en répondant à la question de savoir si Moscou envisageait de prendre des mesures dans le cas d'un scénario militaire en Corée du Nord et d'une possible menace pour la Russie.

    «Nous nous situons pratiquement à la frontière avec eux. De ce fait, nous sommes intéressés par une solution politique et diplomatique», a poursuivi le secrétaire du Conseil de sécurité russe, ajoutant que l'activité nucléaire nord-coréenne créait une menace pour la Russie.

    La Corée du Nord a procédé cette semaine à un nouveau tir de missile de type intercontinental (ICBM), le Hwasong-15, qui s'est abattu près des côtes japonaises. Il s'agit du premier tir de missile nord-coréen depuis la mi-septembre.

    Il intervient une semaine après la décision de Donald Trump de réinscrire la Corée du Nord sur la liste américaine des pays soutenant le terrorisme, décision qui a ouvert la voie à de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

    Tags:
    conflit, guerre, Nikolaï Patrouchev, Russie, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik