Ecoutez Radio Sputnik
    Der ehemalige bosnisch-kroatische General Slobodan Praljak vor dem UN-Tribunal in Den Haag

    La dernière volonté de l’ex-général croate qui s’est suicidé à la Haye révélée

    © AP Photo / Robin van Lonkhuijsen
    International
    URL courte
    24381

    L’ex-général croate Slobodan Prajlak, accusé de crimes contre la population musulmane de Bosnie-Herzégovine, qui s’est suicidé devant la Chambre d'appel du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de La Haye, avait prémédité son suicide, affirment les médias locaux, avant de révéler sa dernière volonté.

    La famille de Slobodan Prajlak, l'ex-général croate accusé de crimes contre la population musulmane de Bosnie-Herzégovine, qui s'était suicidé après que la Chambre d'appel du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de la Haye a refusé de réduire sa peine, a ouvert sa dernière lettre, adressée à ses proches, ont rapporté des médias locaux.

    Selon le quotidien croate Vecernji list, M. Prajlak a écrit cette lettre il y a deux ans mais il a demandé à sa famille de ne l'ouvrir qu'après son décès.

    «Je n'ai besoin ni d'obsèques, ni de cercueil. Dispensez mes cendres aux quatre vents au-dessus de Mirogoj [cimetière pour les personnalités connues à Zagreb, ndlr]», a-t-il ainsi écrit.

    D'après les médias, cette dernière volonté de Slobodan Prajlak a surpris la délégation dirigée par le ministre croate des Anciens combattants, Tomo Medved, ainsi que par Miroslav Tuđman, le député et fils du premier Président croate, Franjo Tuđman qui étaient venus voir la famille pour discuter de l'organisation des obsèques.

    Comme l'indique Vecernji list, se référant à ses sources, l'organisation des obsèques de Slobodan Prajlak devrait être confiée au conseil croate des généraux. Le gouvernement croate aurait mis en jeu son image internationale s'il organisait lui-même les obsèques d'un individu condamné par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de La Haye.

    Le 29 novembre, l'ancien officier supérieur de l'armée croate, Slobodan Prajlak, a avalé une fiole de poison après que la Chambre d'appel du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de La Haye a refusé de réduire sa peine. En 2013, M. Prajlak a été condamné à 20 ans de prison. Avant de se suicider, M. Prajlak a rejeté avec mépris le verdict de la Chambre d'appel du Tribunal en affirmant qu'il n'était pas «un criminel de guerre».

    La Haye a ensuite confirmé le décès de Slobodan Prajlak, 72 ans, et a annoncé avoir ouvert une enquête indépendante.

    Mercredi dernier, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY, créé en 1993 pour juger des personnes accusées de crimes de guerre durant les conflits des Balkans) avait condamné à la réclusion à perpétuité l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, le reconnaissant coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Toutefois, pour beaucoup de Serbes, il reste un héros.

    Lire aussi:

    Un Boeing de Kuwait Airways emboutit une passerelle dans l’aéroport de Nice (vidéo)
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Trompée» par son amoureux français, Pamela Anderson rompt sa relation et se confie sur ce «monstre»
    Tags:
    lettre, tribunal, poison, suicide, Slobodan Praljak, Croatie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik