International
URL courte
13327
S'abonner

L’ancien ambassadeur des États-Unis à Moscou, Michael McFaul, a demandé de l’aide à fin de lever sa restriction de visa à l'ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov. Il espère obtenir la possibilité de visiter à nouveau la Russie.

Plusieurs déclarations pouvant saper les relations américano-russes ont entrainé son inscription sur une liste de noms concernés par les sanctions russes. Cependant, l'ex-diplomate veut revenir en Russie où il a «beaucoup d'amis», a-t-il déclaré. M.McFaul a également souligné qu'il «attendait avec impatience» pouvoir visiter le pays dans un proche avenir.

«J'ai beaucoup d'amis en Russie. J'ai vécu en Russie pendant plusieurs années. Vous savez que je suis sous les sanctions, j'en ai discuté avec Antonov [ambassadeur de Russie à Washington], pour que je puisse venir en Russie», a-t-il déclaré.

Michael McFaul a occupé le poste d'ambassadeur des États-Unis en Russie de janvier 2012 à février 2014. Ces derniers temps, il a fait plusieurs déclarations capables de saper les relations américano-russes. En juin 2016, il a notamment appelé les dirigeants américains à «brider» la Russie et a affirmé que le site WikiLeaks collaborait avec les autorités russes.

En novembre dernier, Moscou a inscrit l'ex-diplomate sur la liste des sanctions. Selon le ministère russe des Affaires étrangères. Des sanctions contre l'ancien diplomate ont été imposées en raison de sa «participation active à la destruction des relations bilatérales» et son soutien d'une politique de pression sur Moscou.

Lire aussi:

Vol «d’enfer» entre le Maroc et la Belgique: les passagers hurlent et prient en pleine tempête – vidéo
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
Erdogan réagit aux déclarations du Kremlin sur le «pire scénario» à Idlib
Un petit chien se sacrifie pour sauver sa propriétaire des crocs d’un imposant canidé
Tags:
retour, ambassadeur, Michael McFaul, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook